Sur internet, des millions d'yeux traquent les débris du vol MH370

le
0
Sur internet, des millions d'yeux traquent les débris du vol MH370
Sur internet, des millions d'yeux traquent les débris du vol MH370

Depuis la disparition du vol MH370, des millions d'yeux traquent sur internet des débris du Boeing de Malaysia Airlines, dans un vaste projet participatif dont l'utilité est toutefois difficile à mesurer."Même s'il y a peu de chance pour que cet effort permette de retrouver le vol disparu de Malaysia, il pourrait aider à identifier les zones où il n'est pas, permettant ainsi aux analystes professionnels et aux enquêteurs de gagner du temps", pointe Lea Shanley, une spécialiste du "crowdsourcing" --le terme qui désigne ces appels lancés au public pour recenser des événements particuliers ou multiplier les points de vue sur une affaire par exemple.La société d'imagerie par satellite américaine DigitalGlobe a estimé lundi à environ 24.000 km2 la zone désormais couverte par ses images et scrutée par trois millions d'internautes sur une plateforme participative dédiée qu'elle a mise en place le 11 mars --trois jours après la disparition de l'avion.Chaque jour, de nouvelles images sont ajoutées, assure le groupe, qui recense 257 millions de cartes consultées en ligne et 2,9 millions de zones pointées pour une raison ou une autre --des traces suspectes, une tache d'huile-- par les internautes-enquêteurs. La plateforme dédiée Tomnod est même parfois victime de son succès et sature sous l'afflux des connexions."Il y a eu des projets (participatifs) qui ont attiré autant de gens, mais sans doute pas en si peu de temps", souligne Lea Shanley qui travaille au Woodrow Wilson International Center for Scholars. - "Beaucoup de bruit à filtrer" - "On dirait une forme d'avion, mais j'en doute. Il y a une forme similaire dans la zone 112075, elle aussi à côté d'un fleuve... je pense que ce sont des arbres abattus", pointe sur le site un des internautes impliqués dans les recherches. D'autres renvoient vers des traces d'huile, des bateaux ou même "une statue de Jésus".Beaucoup rappellent ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant