Sur fond d'affaire Snowden, piratage et espionnage s'invitent au salon E3

le
0
Sur fond d'affaire Snowden, piratage et espionnage s'invitent au salon E3
Sur fond d'affaire Snowden, piratage et espionnage s'invitent au salon E3

Un jeu dont les personnages contrôlent le monde en piratant ses réseaux fait beaucoup parler de lui au salon E3 des jeux vidéo à Los Angeles, pour ses parallèles troublants avec l'affaire Snowden et le scandale qui éclabousse les services américains de renseignement.En général, l'éventail des armes utilisées dans les jeux vidéo va du fusil à l'épée, en passant par les superpouvoirs, avec pour objectif de combattre un ennemi, surmonter des obstacles ou simplement accumuler des points.Mais dans "Watch Dogs", le personnages principal a la faculté de pirater tout ce qu'il veut: conversations téléphoniques, dossiers médicaux ou ordinateurs chargés de programmes les feux de circulation.Un type de piratage qui n'est pas sans rappeler les récentes révélations de l'ex-consultant Edward Snowden sur le programme d'espionnage de l'internet par le renseignement américain.Sous couvert du programme PRISM, l'Agence nationale de sécurité (NSA) a en effet récupéré les listes d'appels téléphoniques de millions d'Américains et a surveillé les activités sur internet de nombreux étrangers."Nous savions que nous travaillions sur un sujet d'actualité", déclare à l'AFP le développeur du jeu, le Canadien Dominic Guay, tout en se remémorant son arrivée à l'hôtel quelques jours avant l'ouverture de l'E3."J'ai mis CNN et la première phrase que j'ai entendue était +violation de la vie privée+. J'ai changé de chaîne, et sur Fox ils parlaient de +surveillance+. J'ai dit à notre directeur créatif: +Ce sont nos mots-clés+", dit-il.Ubisoft, le groupe français derrière les titres à succès "Assassin's Creed" et "Prince of Persia", avait présenté une première version de "Watch Dogs" en 2012, avant de la peaufiner pour son lancement à l'E3 en début de semaine.Situé à Chicago, le jeu suit Aiden Pearce, qui utilise son téléphone portable pour entrer dans le système opérationnel de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant