Sur Facebook, le jeu des statuts

le
2
Un logo Facebook posé sur une carte mère ( Illustration )
Un logo Facebook posé sur une carte mère ( Illustration )

Le premier réseau social au monde est le plus grand site d’hébergement d’informations personnelles. Mais ses utilisateurs publient en moyenne moins de contenus « privés » qu’auparavant.

Moins de photos de famille, plus d’articles de presse ; moins de récits de soirées arrosées, plus de vidéos rigolotes. Sur Facebook, on ne partage plus tout à fait les mêmes choses qu’avant : les quelque 1,6 milliard d’utilisateurs du premier réseau social au monde publient en moyenne moins de contenus « privés », affirment les médias américains, citant une baisse de 21 % en un an du partage de photographies ou de statuts « personnels ». Facebook s’est ­ refusé à confirmer ces chiffres, se contentant de réaffirmer que le nombre de partages par personne continue de croître. Les deux tendances ne seraient pas incompatibles : on peut partager plus, mais moins de choses personnelles. L’ensemble reflétant avant tout la manière dont ce réseau social, au fil de sa croissance spectaculaire, a régulièrement évolué.

Pourquoi partagerait-on moins volontiers aujourd’hui ses photos de famille ? D’abord, parce que la façon dont on partage les contenus sur Facebook a beaucoup changé. L’entre-soi des débuts a depuis longtemps disparu, et les « amis » sont plus faciles à trouver que jamais : famille, copains, collègues, tout le monde y est inscrit – on compte 30 millions d’utilisateurs en France, soit un Français sur deux.

Tout partage s’accompagne donc d’un choix, parfois cornélien : cette photo du petit dernier, faut-il la rendre visible seulement aux vrais amis ? Aux amis des amis ? Tout compte fait, ne mériterait-elle pas d’être publique ? Car Facebook, au fur et à mesure de sa croiss...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • faites_c il y a 7 mois

    suite : D'autre part sur les 30 millions d'inscrits français, combien de comptes ne correspondent qu'à une seule et unique personne? Contrairement aux listes électorales dont le processus est relativement maitrisé ce qui empêche la majorité des doublons, rien n'empêche une personne de créer 2, 3, 4 ou 5 comptes Face de Bouc pour séparer les différents amis!

  • faites_c il y a 7 mois

    "les « amis » sont plus faciles à trouver que jamais : famille, copains, collègues, tout le monde y est inscrit"! Désolé, ce n'est pas mon cas et il faudra que Face de bouc me paye très cher pour que je consente à m'inscrire (je ne parle même pas de l'utilisation). Mes amis je les rencontre chez moi, au bistrot, au restaurant mais surement pas sur Face de bouc! Au fait, il n'y a pas 30 millions de français inscrits, il y a 30 millions de comptes dont les possesseurs se disent français.