Supprimer le droit de veto à l'Onu, une proposition irréaliste

le
2
DÉCRYPTAGE - Aucun membre du «club des cinq» n'envisage d'y renoncer, ni aujourd'hui ni jamais.

La proposition du Parti socialiste et des Verts de «supprimer le droit de veto» traduit une méconnaissance profonde du fonctionnement de l'ONU et des débats en cours pour réformer le Conseil de sécurité. Le droit de veto a été accordé aux cinq puissances victorieuses de la Seconde Guerre mondiale qui fondèrent les Nations unies en 1945 (Chine, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie). C'est une «assurance tous risques » selon l'expression d'un diplomate, permettant à l'un de ces États de bloquer toute décision qu'il jugerait contraire à ses intérêts. Ce privilège suscite des rancœurs et des critiques. On peut le juger «anachronique», comme Cécile Duflot. On peut déplorer les blocages qu'il induit parfois, comme lorsque la Russie et la Chine s'opposent à une résolution contre la Syrie. Ce droit n'en reste pas moins, jusqu'à présent, un facteur structurant des relations internationales, par son usage, ou la menace de son usage.

Attribut de la puissan

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nicpat3 le vendredi 25 nov 2011 à 23:45

    socialistes et ecolos bonne mere !!!ils sont devenus irresponsablesils veulent detruire la FRANCE

  • georg199 le vendredi 25 nov 2011 à 22:23

    Si c'est vrai ces gauchos sont totalement fous et indignes