Suppression des départements : Valls, 1 ; Hollande, 0

le
0
Manuel Valls et François Hollande, photo d'illustration.
Manuel Valls et François Hollande, photo d'illustration.

François Hollande consacre ce mercredi beaucoup de temps à la réforme territoriale : adoption du projet de loi en conseil des ministres le matin, réception des chefs de partis et de groupes parlementaires du PS et des Verts en fin d'après-midi. Mais sur la suppression des départements annoncée par Manuel Valls à l'horizon 2021, il doit faire table rase de ses convictions pour s'accorder avec les annonces de son Premier ministre. Comme il l'a confié récemment à plusieurs de ses visiteurs, il n'a pas apprécié le passage du discours de politique générale sur la suppression des départements. Mais n'a pas voulu contredire le chef de gouvernement qu'il venait de nommer. Il a même été plus loin en déclarant lors de son interview du 6 mai à BFM TV : "Je pense que les conseils généraux ont vécu." Une phrase que les exégètes de la politique locale tentent toujours d'interpréter : "Supprimer les conseils généraux sans supprimer les départements, cela n'a pas de sens, s'exclame l'un d'entre eux, sauf à revenir sur la loi de décentralisation de 1982 et à confier de nouveau les compétences du département à l'État." Mais cette distinction entre conseil général et département est pour le président la seule façon de ne pas se contredire de façon trop manifeste.Contre la suppression, tout contre... Celui qui proposait, dans ses 60 engagements de candidat, de "donner plus d'autonomie aux départements" s'est prononcé au moins à deux...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant