Supercoupe d'Europe : le Barça sacré au terme d'un match dingue contre Séville

le , mis à jour à 23:41
0
Supercoupe d'Europe : le Barça sacré au terme d'un match dingue contre Séville
Supercoupe d'Europe : le Barça sacré au terme d'un match dingue contre Séville

La saison européenne débute comme elle s'est terminée : avec un titre pour le FC Barcelone ! Emmené par un Lionel Messi déjà en très grande forme (doublé), le Barça est venu à bout du coriace FC Séville en finale de la Supercoupe d'Europe (5-4 a.p.) mardi soir à Tbilissi (Géorgie). Les Catalans s'offrent un quatrième titre cette saison (Liga, Coupe d'Espagne, Ligue des champions) et sont toujours en course vers un sextuplé historique sur l'année civile, puisqu'ils disputeront encore la Supercoupe d'Espagne dans les prochains jours et la Coupe du monde des clubs, fin décembre. 

Délocalisée dans le lointain est de l'Europe, cette Supercoupe de l'UEFA a été grandiose. Tout était réuni : des buts, des tacles, du suspense et des stars. En premier lieu, le roi du football mondial, Lionel Messi, déjà décisif pour son premier grand rendez-vous de la saison 2015-2016. L'Argentin, finaliste de la Copa America en juillet dernier, n'a pas paru particulièrement fatigué par son été et a mis les choses au point dès le premier quart d'heure. Echaudé par un but sur coup-franc de Banega pour le FC Séville (3e, 0-1), la Pulga lui a répondu. Toujours sur coup-franc. Et plutôt deux fois qu'une (7e, 16e, 2-1) pour donner l'avantage au Barça. Impressionnant. 

Une finale grandiose

La suite ? Un FC Barcelone en contrôle, qui ajoute deux buts au tableau d'affichage. D'abord par Rafinha (44e, 3-1) avant la pause, puis par son «pistolero» Luis Suarez (52e, 4-1). On se dit alors que le match est plié. Mais c'est sans compter sur la ténacité andalouse. Les doubles vainqueurs de la Ligue Europa tiennent tête au tenant de la Ligue des champions. Au milieu d'une défense un peu perdue, le capitaine José Antonio Reyes redonne de l'espoir aux siens (57e, 4-2), puis Kévin Gameiro vient recoller sur pénalty (72e, 4-3). Konoplyanka profite d'une erreur de Marc Bartra pour relancer totalement la rencontre (81e, 4-4). Prolongation. 

Et qui va ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant