Supercalculateurs: la France compte sur l'Europe

le
0
Supercalculateurs: la France compte sur l'Europe
Supercalculateurs: la France compte sur l'Europe

Dans la bataille mondiale des supercalculateurs, de plus en plus acharnée, la France entend peser par le biais de la coopération européenne face aux montants exorbitants dépensés par les Etats-Unis, le Japon et désormais la Chine.Longtemps animé par la rivalité américano-nippone, le classement Top 500 qui fait le point deux fois par an sur les plus puissants ordinateurs au niveau mondial, est dominé depuis juin 2013 par une machine chinoise, Tianhe-2, et ses 33 pétaflops de calcul."Les Chinois ont fait le choix de la puissance technologique, mais le coût de leur simulation n'est pas optimisé car la machine est trop en avance, et les applications ne sont pas encore en adéquation", explique Jean-François Lavignon, qui supervise le développement et la conception des superordinateurs chez Bull, le leader français du secteur.La performance de calcul, actuellement comptabilisée en pétaflop, ce qui représente un million de milliards d'opérations par seconde, devrait néanmoins se mesurer à l'horizon 2020 en exaflop, soit un milliard de milliards d'opération par seconde.La Chine, qui a dans sa manche deux machines de 100 pétaflops prévues pour l'année prochaine, projette d'atteindre en premier ce cap dès 2018 avec ses propres composants, se passant donc du monopole des fabricants américains Nvidia, Intel et AMD."Le Japon va investir un milliard d'euros pour arriver à l'exaflop, et la Russie et l'Inde, certes moins avancés, vont dépenser les mêmes montants", souligne Jean-François Lavignon.La France, seule, pouvait difficilement espérer rivaliser. Son salut est passé par un programme décidé en 2010 au sein de l'Union européenne, PRACE (Partnership for Advanced Computing in Europe)."Nous disposons d'un budget de 530 millions d'euros sur 5 ans et d'un ensemble de calculateurs équivalant à 75% de la puissance de calcul de toute l'Europe", indique Jean-Philippe Proux, responsable des opérations du Grand ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant