Super-typhon Maysak : cinq morts dans le Pacifique

le
0
Super-typhon Maysak : cinq morts dans le Pacifique
Super-typhon Maysak : cinq morts dans le Pacifique

Cinq personnes ont été tuées en Micronésie, dans le Pacifique central, au passage du super-typhon Maysak. Face au danger que représente le phénomène pour la population, l'état d'urgence a été décrété mercredi à Chuuk, principal Etat de la fédération. Un appel à l'aide internationale a été formulé par le président des Etats fédérés de Micronésie (EFM)

Maysak a mis trois jours pour traverser les Etats fédérés de Micronésie. Accompagné de vents violents soufflant à 260 km/h, il a déferlé sur Chuuk dimanche soir et poursuivi sa course sur le vaste archipel, composé de 607 îles, avant de frapper l'Etat de Yap mercredi. Il devait faire route ensuite vers les Philippines.

De gros dégâts ont été subis par «les écoles, les installations sanitaires, les services publics, les logements privés», précise le gouverneur Johnson Elimo. Ce dernier a également expliqué que plusieurs bateaux de pêche, bateaux de passagers et bateaux de plongée avaient coulé. Les services d'urgence étudient les possibilités d'obtenir des financements «de la part de partenaires étrangers potentiels et de donateurs», indiquent les autorités. Des cultures ont été mises par terre et l'eau contaminée par endroits.

D'après les services météo de Guam, le cyclone devrait demeurer un super-typhon jusqu'à vendredi matin. «La mer va rester traître pendant encore un jour ou deux. N'essayez pas de naviguer d'île en île pendant les prochains jours», ont-ils conseillé aux habitants. Maysak devrait cependant perdre de sa force avant d'atteindre les Philippines pendant le week-end. Maysak s'est formé deux semaines après le puissant cyclone Pam qui a dévasté le 13 mars le Vanuatu, archipel du Pacifique sud, où 11 morts ont été officiellement recensés.

Les Philippines sont elles encore sous le choc du super-typhon Haiyan qui avait fait 7.350 morts ou disparus en novembre 2013.

VIDEO. Super-typhon Maysak : de gros dégâts à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant