Super Bowl : un cochon volant... au milieu des pubs

le
0
Super Bowl : un cochon volant... au milieu des pubs
Super Bowl : un cochon volant... au milieu des pubs

Le Super Bowl, la finale du championnat de football américain, se joue sur le terrain et en-dehors. Outre le spectacle de la mi-temps, assuré cette année par la chanteuse Katy Perry, les publicitaires déploient aussi de gros moyens pour cet événement suivi par plus de 100 millions d'Américains et diffusé dans le monde entier.

Il fallait débourser 4,5 millions de dollars (environ 4 millions d'euros) pour diffuser un spot de 30 secondes dans la nuit de dimanche à lundi. Une somme versée par de nombreux annonceurs, qui rivalisent de mises-en-scène, de moyens, d'idées et d'humour. Voici quelques exemples.

Le fabricant de chips Doritos a décidé de faire voler... un cochon pour promouvoir ses produits. Alors qu'un enfant demande à un adulte s'il peut lui prendre une chips, celui-ci lui explique que ce sera possible quand les cochons voleront. Qu'à cela ne tienne, l'ingénieux garçon va faire tout ce qu'il peut pour parvenir à ses fins.

Your browser does not support iframes.

Grosse mise en scène pour les bières Budweiser. Un jeune homme se fait offrir une bouteille dans un bar avant de se retrouver au milieu d'une partie du jeu vidéo Pac Man où il joue, sur une scène géante, le rôle... de Pac Man, cherchant à fuir les fantômes gloutons prêts à le dévorer.

Your browser does not support iframes.

Diffuser la bonne humeur et l'amour. Tel est le message choisi par les mastodontes Coca et McDonald's cette année. Le fabricant de soda s'appuie sur la maladresse d'un ingénieur en informatique qui renverse du Coca sur des câbles internet. Les gouttes de la boisson propagent sur les écrans des personnes connectées avec leur ordinateur ou leur mobile des messages qui les mettent de bonne humeur ou les apaisent. Quant à la multinationale de la restauration rapide, elle annonce une opération commerciale à venir, lors de laquelle des clients seront sélectionnés au hasard pour payer leur commande, non pas avec de l'argent, mais ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant