Suisse-Victoire du "non" à l'expulsion des étrangers condamnés

le
0
 (Actualisé avec résultats définitifs) 
    ZURICH, 28 février (Reuters) - Les électeurs suisses ont 
rejeté dimanche par référendum le principe de l'expulsion 
effective du territoire des délinquants et criminels étrangers 
condamnés, scellant l'échec d'une initiative de l'Union 
démocratique du centre (UDC), formation anti-immigration qui 
compte un tiers des sièges à la chambre basse du parlement. 
    Les résultats définitifs montrent que 58,9% des votants ont 
rejeté cette proposition d'expulsion automatique dans un scrutin 
marqué par une participation supérieure à 62%, soit la plus 
forte pour un référendum dans la confédération depuis 1992. 
    La proposition soumise aux électeurs, rédigée par l'UDC, 
prévoyait l'expulsion systématique de tous les résidents 
étrangers condamnés en Suisse une fois leur peine purgée dans le 
cas de crimes graves comme le meurtre, le viol ou le vol à main 
armée, ou après deux condamnations en moins de dix ans pour des 
délits comme le cambriolage ou l'excès de vitesse. 
    Ce texte a cristallisé l'opposition des militants 
associatifs qui y voyaient une violation des droits de l'homme 
mais également celle des milieux d'affaires qui redoutaient une 
complication des relations déjà tendues avec l'Union européenne, 
principal partenaire économique du pays. 
    Un point d'achoppement supplémentaire concernait l'expulsion 
automatique des "secundos", les ressortissants issus de 
l'immigration et appartenant à la seconde génération, nés sur le 
sol helvétique. 
    "La majorité des électeurs a adressé aujourd'hui un message 
aux étrangers vivant dans notre pays et en particulier aux 
'secundos'", a déclaré la ministre de la Justice Simonetta 
Sommaruga devant la presse. 
    Trois autres textes étaient soumis aux électeurs dimanche. 
Le "oui" l'a emporté pour la réfection du tunnel du Gothard 
alors que la proposition d'interdiction de la spéculation sur 
les produits agricoles a été rejetée.  
    Enfin, les électeurs ont rejeté à une courte majorité une 
proposition de suppression d'une disposition fiscale 
désavantageant les couples mariés et les couples pacsés. 
      
 
 (Joshua Franklin et Paul Arnold; Marc Angrand pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant