Suisse : mort d'une jeune femme enlevée par un prédateur sexuel

le
0
Suisse : mort d'une jeune femme enlevée par un prédateur sexuel
Suisse : mort d'une jeune femme enlevée par un prédateur sexuel

Le corps d'une jeune femme recherchée depuis lundi a été retrouvé ce mercredi en Suisse. C'est sur les indications de son agresseur, un prédateur sexuel déjà condamné pour viol et meurtre, que les enquêteurs ont fait la macabre découverte. Marie, 19 ans, l'avait fréquenté à une époque. Lundi, alors qu'elle quittait son travail dans un golf, son ex-petit ami l'a embarquée de force dans sa voiture. Selon un témoin, elle a essayé de se défendre, en vain.

Après le kidnapping, le véhicule est repéré mardi après-midi par un hélicoptère et prise en chasse par la police. Il finit sur le toit après avoir tenté de forcer un barrage. L'agresseur est arrêté mais seul à bord. Sur ses indications, les enquêteurs retrouvent le corps de sa victime en forêt mercredi matin. Il avouera l'avoir entravée avec du ruban adhésif. Le corps ne présente aucun signe de blessure par balle ou par arme blanche. L'autopsie devra déterminer les causes du décès.

Equipé d'un bracelet électronique

Tout le pays est sous le coup de l'émotion. «Il faudra expliquer au Conseil d'Etat (qui dirige le canton. ndlr) comment il se fait qu'un prédateur sexuel est dans la nature», a lancé le chef du Département de la sécurité et de l'environnement du Canton de Vaud, Jacqueline de Quattro.

A l'origine, Claude Duboic, 36 ans, avait été condamné à 20 ans de prison en 2000 pour enlèvement, viol et assassinat. En 1998, il avait kidnappé sa petite amie qui ne voulait plus vivre avec lui et l'avait tuée dans le chalet familial. En août 2012, il avait été autorisé à purger le reste de sa peine chez lui, sous la forme d'arrêts domiciliaires. Le collège des juges d'application des peines lui avait refusé une libération conditionnelle.

La Fondation vaudoise de probation avait alors demandé la fin du régime dont il bénéficiait. Il avait fait appel, ce qui avait suspendu toute mesure d'emprisonnement. Il faisait l'objet d'un suivi...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant