Suisse: la médecine de demain se dessine à Genève

le
0
Suisse: la médecine de demain se dessine à Genève
Suisse: la médecine de demain se dessine à Genève

A quelques mètres des institutions internationales à Genève, un nouveau centre de recherche, appelé Campus Biotech, est en train de dessiner les contours de la médecine de demain, fondée sur la recherche et les "big data" ou mégadonnées en français.Installé dans un immense complexe de métal et de verre, qui abritait il y a deux ans le siège suisse du groupe pharma Merck-Serono, désormais fermé, ce campus regroupe plus de 230 chercheurs actuellement et devrait en accueillir 600 prochainement, selon le professeur Benoit Dubuis, directeur de la Fondation Campus Biotech Geneva.A terme, plus de 1.200 chercheurs, ingénieurs et médecins du monde entier devraient travailler dans ce centre, qui a pour ambition de placer la région du Lac Léman au premier plan de "la recherche mondiale dans le domaine des neurosciences et de la bioingénierie".Ce monde est composé de la recherche sur des thèmes qui pourraient relever de la science-fiction, comme faire remarcher des paralysés, faire retrouver la vue à des aveugles, ou implanter des électrodes ou des capsules contenant des traitements dans les corps des malades.La Fondation Campus Biotech Geneva, à l'origine du projet, a été créée par l'Université de Genève, l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et le canton de Genève pour gérer les aspects scientifiques liés au site. La Fondation est locataire du bâtiment, qui appartient à la famille italienne Bertarelli, qui avait fondé le groupe pharmaceutique Serono, et à l'homme d'affaires suisse Hansjörg Wyss. En 2006, la famille Bertarelli a vendu Serono au groupe allemand Merck. Puis en 2012, Merck a décidé de fermer le siège de Serono à Genève, supprimant 1.000 emplois.La famille Bertarelli a ensuite racheté ce siège avec M. Wyss, qui fait partie comme elle, du club des milliardaires en Suisse. M. Wyss a fait fortune avec son entreprise Synthes, spécialisée dans les prothèses de hanche. Il a vendu Synthes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant