Suisse : du radium radioactif dans une décharge de Bienne

le
0
Suisse : du radium radioactif dans une décharge de Bienne
Suisse : du radium radioactif dans une décharge de Bienne

Alors que les autorités locales, cantonales et fédérales étaient informées depuis un an et demi, des déchets de radium radioactifs seraient entreposés dans une ex-décharge publique à proximité de la villle de 50 000 habitants de Bienne, dans le canton de Berne en Suisse. Selon le SonntagsZeitung et Le Matin Dimanche, les autorités auraient préféré se taire pour ne pas affoler la population...

Cette ex-décharge du Teuftal, dont la surface équivaut à une vingtaine de terrains de football, avait été convertie en jardins ouvriers dans les années 50 et jusque dans les années 70. C'est à l'occasion de travaux en 2007et 2008, sur un chantier d'autoroute, que ces déchets de radium ont été découverts. Ils proviennent d'une peinture utilisée par l'industrie horlogère pour faire briller les chiffres des montres et qui a été interdite pour sa dangerosité à partir de 1963. La ville acceuille une usine Rolex qui emploie près de 1 400 personnes.

Selon les journaux suisses, à certains endroits, les mesures des rayonnements ont été supérieures à 300 microsieverts par heure, soit presque 100 fois le maximum autorisé dans une décharge. Trois heures au contact d'une telle source suffisent pour recevoir autant de radiations que celles tolérées en un an pour une personne normale.

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) tente de minimiser cette affaire. «120 kg de déchets radiactifs ont été obtenus après triage, des débats de dose de plusieurs centaines de microsieverts ont pu être mesurés au contact des sources», a déclaré le porte-parole de l'OFSP à Matin Dimanche, ajoutant que «la probabilité que cela constitue une menace pour la population et la santé est jugée faible». Selon l'OFSP, avec des valeurs allant jusqu'à 2 millions de becquerels par kilogramme, les risques pour la population et l'environnement sont infimes.

Neanmoins, le président de la Commission fédérale de protection contre les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant