Suisse : à son tour, le cirque Knie renonce aux éléphants

le , mis à jour à 01:13
0
Suisse : à son tour, le cirque Knie renonce aux éléphants
Suisse : à son tour, le cirque Knie renonce aux éléphants

Le Cirque national suisse Knie a annoncé qu'il renoncerait dès l'an prochain aux numéros avec des éléphants, rompant avec une tradition familiale presque centenaire. Le pachyderme à trompe était même devenu, depuis les années 1920, le symbole du cirque. Mais trois éléphantes âgées du cirque sont mortes en juin et en juillet.  A ce propos, le journal «Le Temps» avait évoqué «des animaux affaiblis par la canicule».

La décision d'arrêter les numéros d'éléphants n'est pas liée aux critiques fréquemment émises par les associations de protection des animaux, a  toutefois assuré à l'agence de presse suisse ATS le directeur du cirque, Franco Knie. «On ne se laisse pas dicter par des activistes», a-t-il dit.

«On s'est toujours engagé pour leur bien-être», affirme t-il, soulignant que les pachydermes bénéficiaient d'un accompagnement permanent nuit et jour. Le Cirque Knie a tout fait pour les traiter de la meilleure façon possible, au vu des circonstances durant les tournées, a reconnu la Protection suisse des animaux (PSA) dans un communiqué. Mais leur confort pendant les représentations était loin d'être optimal, raison pour laquelle l'association salue la décision des Knie.

Une décision «très émotive» et longuement discutée dans la famille

Les cinq éléphantes restantes déménageront dans un zoo pour enfants créé en 1962 par le cirque à Rapperswil, près de Zurich, qui abrite plus de 400 animaux, pour beaucoup des retraités du cirque. Le cirque explique vouloir se concentrer sur le maintien d'un «groupe matriarcal d'éléphants avec des capacités d'élevage». Il y a quelques jours, le mâle Thisiam, du zoo polonais de Katowice, est arrivé à Rapperswil, où un nouveau grand parc pour éléphants a été inauguré au printemps.

Renoncer aux éléphants a été une décision difficile à prendre, «très émotive» et longuement discutée au sein de la famille, selon le directeur du cirque, Franco ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant