Suicides «anticipés» : Renault «a fait son boulot»

le
1
Les professionnels de la communication de crise donnent raison à l'entreprise, qui avait préparé des communiqués pour réagir à un éventuel suicide de ses cadres accusés d'espionnage.

Suite inattendue de l'affaire d'espionnage qui avait secoué Renault en janvier 2011: la communication du groupe automobile avait envisagé le pire. Selon des documents divulgués par France Info ce vendredi matin, la direction du constructeur avait anticipé un éventuel suicide ou même un suicide parmi les trois cadres suspectés d'espionnage industriel, aujourd'hui innocentés. Renault avait préparé à l'avance des communiqués de presse, prêts à être envoyés, le cas échéant.

Maladroit? Choquant? Pour Arnaud Dupui-Castérès, président de la société Vae Solis, spécialisée dans la gestion de crise, «Renault a fait son travail». «Combien de rédactions ont déjà préparé une nécrologie de Johnny Hallyday?, interroge-t-il. C'est ce que l'on appelle l'anticipation. Si cela peut apparaître cynique, car ce genre de méthode déshumanise la démarche, c'est tout à fait normal. Cette affaire a déjà été suffisamment mal gérée pour éviter qu'en plus, en cas de dra

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dresden le samedi 13 oct 2012 à 18:19

    Ca fait plaisir d'être actionnaire d'une société aussi prévoyante ! Les actionnaires peuvent être rassurés.