Suicide du sniper de la prison de Varces juste avant son procès

le
0

LYON (Reuters) - Le "sniper" qui devait être jugé à partir de vendredi pour avoir tué un détenu dans la cour de la maison d'arrêt de Varces (Isère), s'est suicidé pendant la nuit, a-t-on appris auprès de son avocate.

Marcel Egéa, 61 ans, a été retrouvé pendu vendredi matin dans la cellule de sa prison lyonnaise, quelques heures avant le début de l'audience de la cour d'assises qui devait le juger pour "meurtre et tentative de meurtre en bande organisée et récidive légale" ainsi que pour "associations de malfaiteurs" avec trois autre détenus.

Il était accusé d'avoir tiré le 28 septembre 2008 depuis le sommet d'une colline avoisinante, pendant la promenade, sur Sghaïr Lamiri, un détenu de 29 ans, incarcéré à la prison de Varces. Touché de cinq balles, l'homme était mort sur le coup. Un codétenu avait également été blessé par les tirs. Le tireur présumé avait été interpellé rapidement après dans le secteur.

Les deux hommes étaient liés au milieu du grand banditisme grenoblois.

Marcel Egéa avait été condamné en 1978 à 20 ans de prison, pour tentative de meurtre pendant un braquage.

Me Morgane Gibert, qui assurait sa défense depuis un mois après le retrait de son avocat précédent, s'est déclarée "surprise" et "attristée" par la mort de Marcel Egéa.

"Je suis surprise car j'ai l'ai rencontré hier encore, il m'a dit qu'il n'avait pas l'intention d'assister aux débats, il m'a demandé de lui acheter un magazine et m'a dit "à demain", a dit l'avocate.

Son client "n'attendait plus rien", a-t-elle ajouté. "Il savait qu'il allait être condamné à perpétuité et qu'il allait finir sa vie en détention".

L'audience de vendredi a été renvoyée à une date ultérieure où seront jugés les quatre autres accusés.

Catherine Lagrange, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant