Suicide du principal accusé du viol d'une étudiante à New Delhi

le
1
LE PRINCIPAL ACCUSÉ DU VIOL D'UNE ÉTUDIANTE À NEW DELHI S'EST SUICIDÉ
LE PRINCIPAL ACCUSÉ DU VIOL D'UNE ÉTUDIANTE À NEW DELHI S'EST SUICIDÉ

par Annie Banerji et Satarupa Bhattacharjya

NEW DELHI (Reuters) - Le principal accusé du viol collectif et du meurtre d'une étudiante en médecine en Inde, agression qui a soulevé une vague d'indignation contre les violences faites aux femmes dans le pays, s'est suicidé dans sa prison de New Delhi.

Ram Singh, un des six hommes jugés pour cette affaire, a été retrouvé pendu peu avant le lever du jour lundi dans la cellule qu'il partageait avec trois autres détenus dans la prison de Tihar, a déclaré le porte-parole de l'établissement.

Il a fabriqué une corde avec des fils de la natte sur laquelle il dormait et s'est pendu à une grille située à 2,30 mètres de hauteur, au plafond, a précisé le porte-parole, ajoutant que les cellules ne disposaient pas de caméras.

Son avocat, V.K. Anand, a confirmé le décès de son client mais émis des doutes sur les circonstances de la mort, évoquant la possibilité d'un meurtre. Il a dit à Reuters que Ram Singh lui était apparu calme et posé lorsqu'il lui avait rendu visite vendredi et n'avait pas "formulé de plainte particulière".

"Il ne s'agit pas d'un suicide. Il s'agit d'autre chose. Je sais qu'il s'était plaint à plusieurs reprises de tortures de la part des autorités de la prison, mais il n'y avait rien de nature à l'inciter à perdre la vie", a ajouté Anand, sans préciser ce qu'il entendait par le mot "tortures".

"Nous ne pouvons pas exclure un meurtre. Les choses ne collent pas", a ajouté l'avocat.

Le ministre de l'Intérieur, Sushil Kumar Shinde, a qualifié l'événement de "faille majeure" dans la sécurité, ajoutant qu'une enquête avait été lancée sur les circonstances du décès.

LA FAMILLE NE CROIT PAS AU SUICIDE

"Il s'agit d'un complot. On n'arrive pas à croire qu'il se soit suicidé", a dit un proche du détenu.

"Il a confessé son erreur, alors pourquoi se serait-il suicidé ? Il était prêt à recevoir toute peine que le gouvernement lui aurait infligée", a déclaré son père, Mange Lal Singh. "Ram Singh ne s'est pas suicidé, il a été assassiné. Il a d'abord été assassiné et puis ses habits ont été déchirés pour pendre son corps dans la cellule", a-t-il ajouté.

Selon la police, les six hommes ont agressé l'étudiante en médecine, qui était âgée de 23 ans, et son ami le 16 décembre dans un bus de New Delhi alors que le couple rentrait du cinéma.

Violée à plusieurs reprises, frappée avec une barre de fer puis jetée hors du bus avec son compagnon, la jeune femme, transférée dans un hôpital de Singapour, est morte deux semaines plus tard.

"Il (Ram Singh) savait qu'il allait mourir de toute façon car le dossier contre lui est très solide", a dit à Reuters le jeune frère de l'étudiante, dont les meurtriers risquent la peine capitale.

"Je ne suis pas ravi par l'annonce de son suicide car je voulais qu'il soit pendu... en public. Ca ne me semble pas juste qu'il ait pu choisir sa mort", a-t-il ajouté.

Le procès de Ram Singh et de quatre de ses coaccusés s'est ouvert le mois dernier. Un sixième homme, mineur au moment des faits, est jugé séparément par un tribunal pour enfants. Il ne risque qu'une peine de trois ans de prison.

Soupçonné d'être l'instigateur de la virée meurtrière, Ram Singh était chauffeur de bus et avait une solide réputation d'alcoolique dans le bidonville dont il était originaire.

Les cinq coaccusés pourraient tirer avantage de son décès, a estimé Ravi Kant, avocat à la Cour suprême. "Les autres accusés dans cette affaire vont maintenant saisir l'occasion pour dire que Ram Singh était le principal instigateur (du crime) et qu'ils ont été forcés à le faire, et que par conséquent ils peuvent obtenir des peines moins lourdes", a-t-il expliqué.

Avec John Chalmers, Ahurag Kotoky, Matthias Williams, Frank Jack Daniel, Diksha Madhok et Nita Bhalla, Tangi Salaün et Pierre Sérisier pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • speedy36 le lundi 11 mar 2013 à 08:51

    la honte a enfin changé de bord