Suicide d'un policier du SPHP : la famille saisit la justice

le
0
Photo d'illustration.
Photo d'illustration.

La famille de Patrick Dinzaya, 34 ans, policier du service de protection des hautes personnalités (SPHP, devenu récemment le SDLP, service de la protection) chargé de la sécurité d'un magistrat antiterroriste, a déposé une plainte auprès du procureur de la République de Paris. Le flic d'élite s'est suicidé le 9 février avec son arme de service. C'est la grande hantise de l'administration, qui habituellement s'arrange pour éviter que la justice n'enquête au sein d'un service de police. Affecté aux missions permanentes françaises, le jargon maison pour la protection des personnalités hexagonales menacées, Patrick Dinzaya est entré au SPHP en 2010. Cette sous-direction est gérée par le commissaire divisionnaire Sylvain Lledo, qui a déjà eu affaire à un suicide au sein de son unité. C'était en 2011. À l'époque, les collègues du brigadier qui avait mis fin à ses jours avaient alerté leur tutelle sur les difficultés qu'ils rencontraient avec leurs chefs. Certains se plaignaient du "harcèlement" de leur hiérarchie. En 2011 comme en février dernier, Sylvain Lledo s'est rendu au domicile du défunt dès la découverte du corps.

Patrick Dinzaya n'a pas laissé de lettre pour expliquer son geste. L'administration s'en tient à sa version habituelle : il était aux prises avec des difficultés personnelles, selon elle. Sa famille n'en croit pas un mot et cherche à savoir la raison pour laquelle ses patrons ont voulu le muter. Les parents du...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant