Suicide à l'hôpital Pompidou : «J'ai vu, face à moi, un homme brisé»

le
0
Suicide à l'hôpital Pompidou : «J'ai vu, face à moi, un homme brisé»
Suicide à l'hôpital Pompidou : «J'ai vu, face à moi, un homme brisé»

Après le choc, la colère. Huit jours après la mort de Jean-Louis Megnien, professeur de cardiologie, qui s'est suicidé par défenestration dans la cour de l'Hôpital européen Georges-Pompidou (HEGP) à Paris (XVe), dans l'après-midi du jeudi 17 décembre, les langues se délient.

La direction générale de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) vient d'annoncer la création d'une « commission extérieure », chargée à partir du mois de janvier de mettre à plat « les sujets conflictuels dans l'établissement ». Un euphémisme, à écouter ceux, parmi les confrères du docteur Megnien, qui se livrent, racontant, le cœur lourd, un hôpital qui ne brille pas que par ses prouesses médicales.

Sous les verrières de ce navire amiral, dernier-né des 39 établissements de l'AP-HP, des « affaires » aux accents de règlements de comptes émergent régulièrement depuis deux ans. L'atmosphère est poisseuse, l'ambiance de travail relève de l'univers impitoyable. « Avec la mort de Jean-Louis, cela a pris une tournure dramatique. On ne pourra pas continuer à faire tourner cet hôpital coûte que coûte, à refermer le couvercle de la cocotte-minute et à passer à autre chose si l'on n'en tire pas les conséquences. Le dossier de cet hôpital est accablant », s'emporte, bouleversé, l'un des confrères du docteur Megnien.

Un cardiologue reconnu

Marié, père de 5 enfants, dont trois sont encore mineurs, Jean-Louis Megnien était âgé de 54 ans. Cardiologue reconnu, il était un « très grand pro », souligne un confrère qui témoigne lui avoir régulièrement adressé des proches.

Ses études de médecine menée à la Pitié-Salpêtrière, terminées en 1989, il avait rejoint le centre de médecine préventive cardiovasculaire à l'hôpital Broussais en 1990, avant que ce centre ne soit absorbé, avec l'ensemble de ses services de pointe en cardiologie, dans le tout nouvel HEGP (Hôpital européen Georges-Pompidou), en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant