Suez: la mauvaise fortune du groupe va-t-elle prendre fin ?

le
0

(CercleFinance.com) - En baisse de plus de 21% depuis le début de l'année à 13,6 euros, l'action du groupe de services collectifs Suez, pourtant considérée comme défensive, sous-performe largement l'indice large parisien SBF 120 (- 4,6% sur la période), ainsi d'ailleurs que celle de son concurrent Veolia (- 12,3%). Mais son sort pourrait s'améliorer durant la seconde moitié de l'année.

Fin juillet, le groupe a fait état d'un CA semestriel de 7,5 milliards d'euros, soit une croissance organique de 2,7% attribuable essentiellement à la vigueur de la division International (+ 11,6% à deux milliards d'euros). En revanche, les grandes divisions 'continentales', Eau Europe et Recyclage & valorisation Europe, ou près des trois quarts des facturations, ont affiché des taux décevants de respectivement - 0,1 et - 0,2%.

Certes, les solutions de gestion de l'eau et des déchets du groupe français semblent bien s'exporter en Extrême Orient, de l'Asie à l'Australie en passant par l'Inde, sans oublier le Moyen-Orient ni l'Afrique ou encore les Etats-Unis.

En revanche, la branche traditionnellement cyclique des déchets souffre de la mollesse relative de la conjoncture européenne, sans oublier la baisse des prix des matières premières recyclées (métaux ferreux et plastiques) et de l'électricité co-produite par les installations industrielles du groupe.

Plus surprenante est la stagnation de la branche défensive de l'eau : en France, où la pluviométrie du premier semestre a dépassé de 35% sa moyenne historique, la consommation d'eau a baissé de 2,2%. En outre, la faiblesse de l'inflation limite les augmentations “automatiques” des tarifs indexés. Un point important alors que le résultat d'exploitation de cette rentable division concentre 48% de celui de Suez dans son ensemble, pour 30,5% seulement du CA. Soit une marge opérationnelle de 12,6%, contre 8% pour le groupe.

Restent que les mauvaises conditions météo ont de bonnes chances d'être exceptionnelles et donc de ne pas se reproduire au second semestre. En outre, la direction a maintenu ses objectifs annuelles, tout en renforçant son objectif 2016 de réduction de coûts de 30 millions, à 180 millions d'euros. Ce qui pourrait déboucher sur un second semestre plus favorable que le premier.

Notons enfin que le dividende annuel de 0,65 euro versé au titre de 2015 - qui selon le consensus devrait être maintenu - assure un rendement proche de 5%. Enfin, sur les 19 analystes suivant la valeur selon FactSet, 12 sont à l'achat et 7 à conserver, avec un objectif de cours moyen se situant à 17 euros.

Prochain événement inscrit sur l'agenda du groupe : les chiffres du 3e trimestre, attendus le 27 octobre.

EG


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant