Suez Environnement veut accélérer sur ses marchés les plus porteurs

le
0

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Suez Environnement a publié jeudi des résultats 2013 portés par ses économies et s'est dit prêt à réaliser des investissements "ciblés", notamment pour se renforcer sur ses marchés les plus porteurs.

Malgré un contexte toujours difficile dans le traitement des déchets en Europe, le groupe prévoit en outre une croissance organique de son résultat brut d'exploitation (RBE) d'au moins 2% en 2014.

Le numéro deux mondial du traitement de l'eau et des déchets a également indiqué qu'il visait pour l'exercice en cours un dividende au moins égal à celui de 0,65 euro proposé au titre de 2013, ainsi qu'un ratio de dette financière nette sur RBE "aux alentours" de 3 fois et un cash-flow libre d'environ 1 milliard d'euros.

"L'Afrique du Nord, la Chine et l'Inde nous ouvrent leurs portes et nous voulons clairement être au rendez-vous. Nous avons beaucoup d'ambitions dans ces pays", a déclaré son directeur général Jean-Louis Chaussade, lors d'une conférence téléphonique avec la presse.

"Je souhaite également accroître notre développement en Europe là où surgissent des opportunités", a-t-il également dit au lendemain de l'annonce du renforcement de la part de son groupe au capital du groupe italien de services aux collectivités Acea.

"Il n'y a pas de doute que, après les métiers de l'eau, nous voyons émerger les métiers du déchet partout où nous sommes installés, de la Chine à l'Inde en passant par le Maghreb et la péninsule arabique."

RÉSULTAT NET EN HAUSSE DE 40%

L'action Suez Environnement bondit de 6,22% à 14 euros à 10h15, le groupe dépassant ainsi son grand rival Veolia Environnement (+3,37%) en termes de valorisation boursière (à respectivement 7,12 milliards et 6,96 milliards d'euros).

Les analystes d'UBS, qui sont passés à l'achat sur Suez tout en relevant leur objectif de cours avant même la publication des résultats annuels, ont estimé dans une note que le groupe et Veolia étaient désormais en position de retrouver le chemin d'une croissance structurelle.

"Nous anticipons une reprise dans les déchets et une stabilisation des résultats dans l'activité eau en France (...) A moyen terme, les excédents de cash-flows réinvestis, en particulier chez Suez, devraient permettre une tendance positive supplémentaire dans les zones de croissance", ont-ils ajouté.

Suez Environnement a enregistré en 2013 un résultat net part du groupe de 352 millions d'euros, en forte hausse de 40,2%, sa performance ayant été pénalisée en 2012 par des dépréciations et des charges sur l'usine de dessalement de Melbourne.

Son résultat opérationnel courant a atteint 1.184 millions (+5,8% en organique), son RBE 2.520 millions (+2,9% en variation brute, +5,0% en organique) et son chiffre d'affaires 14.644 millions (en variation brute de -3,0%).

Selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, les analystes attendaient en moyenne un résultat net part du groupe de 343 millions d'euros, un résultat brut d'exploitation de 2.517 millions et un chiffre d'affaires de 14.934 millions.

Suez Environnement a notamment bénéficié de 180 millions d'euros de réductions de coûts en 2013, le programme pour 2014 s'établissant à 125 millions.

Il a également évoqué jeudi des signes de stabilisation sur le marché européen des déchets depuis le début de l'année.

Avec Alexandre Boksenbaum-Granier et Geert de Clercq, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant