Suède: les maternelles gagnées par le numérique

le
0
Suède: les maternelles gagnées par le numérique
Suède: les maternelles gagnées par le numérique

Mia, 2 ans, dessine une lettre sur l'écran avec son index, puis tape dans les mains avec bonheur quand l'ordinateur chante "merveilleux!" et l'applaudit d'un son métallique.Les élèves de maternelle de l?École internationale de Tanto, dans le centre de Stockholm, sont en train de se familiariser avec ces nouvelles tablettes iPad. Il y en a une pour deux enfants, et elle les rend très bavards."Ils aiment beaucoup jouer avec cette application. C'est vraiment bien pour l'apprentissage de la prononciation", explique à l'AFP l'enseignante, Helena Bergstrand.Comme 90% des enseignants sondés par la municipalité, Mme Bergstrand trouve que les iPads et les tablettes motivent les enfants à apprendre."Il y a un intérêt immédiat avec un iPad (...) Ils adorent!", s'enthousiasme-t-elle, alors qu'elle fait le tour d'une table pour aider des élèves. "C'est plus interactif". - "Beaucoup de communication" - "Les enfants s'assoient d'habitude ensemble dans un groupe et c'est très collaboratif, il y a beaucoup de contact physique et de communication orale", remarque Petra Petersen, qui rédige une thèse en sciences de l'éducation l'Université d'Uppsala (Est de la Suède). Pour elle, les nouvelles technologies sont particulièrement attrayantes pour les jeunes enfants. Elles offrent "des couleurs, des sons, des mots parlés, des choses qui intéressent les enfants (...). On apprend mieux en s'amusant, et les enfants s'amusent beaucoup avec elles".En Suède comme dans beaucoup d'autres pays occidentaux, les bambins jouent sur des tablettes et ordinateurs chez eux bien avant de les rencontrer à l'école.D'après le Conseil national des médias, près de 70% des Suédois de deux à quatre ans jouent à des jeux vidéo, et à deux ans, 45% ont déjà surfé sur internet."C'est plus ou moins une priorité dans les écoles maintenant de combler le fossé entre l'école et l'environnement où les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant