Succession de Rebsamen : Mailly vote Germain, Le Foll «investi» à l'Agriculture

le , mis à jour à 14:21
12
Succession de Rebsamen : Mailly vote Germain, Le Foll «investi» à l'Agriculture
Succession de Rebsamen : Mailly vote Germain, Le Foll «investi» à l'Agriculture

Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière, invité ce mardi matin sur France 2, a précisé quel serait selon lui le profil idéal du successeur de François Rebsamen au ministère du Travail. Ce dernier doit remettre mercredi à François Hollande, lors du conseil des ministres de rentrée, sa démission du ministère du Travail et de l'Emploi afin de retrouver sa ville de Dijon, dont il a été réélu maire la semaine dernière après le décès d'Alain Millot.

 «Moi, je le dis clairement, dans les noms qui circulent , il y en a un dont je pense qu'il pourrait résister un peu au libéralisme économique, c'est Germain», a déclaré Jean-Claude Mailly. Le député PS Jean-Marc Germain, proche de Martine Aubry, fut notamment rapporteur du projet de loi sur la sécurisation de l'emploi en 2013. Selon le patron de FO, il a montré à cette occasion qu'il pouvait «mettre un peu plus de garanties pour les salariés, il a travaillé sur les questions économiques, sur le pacte de responsabilité. Je ne dis pas que je suis d'accord à 100% avec lui, mais en tout état de cause il peut résister, ce qui n'est pas le cas de tout le monde».

«Pour être un bon ministre du Travail, il faut d'une manière générale que le travail reprenne plus droit de cité», a poursuivi le leader de FO. Or, «aujourd'hui le ministre de l'Economie est plus important que le ministre du Travail», a-t-il estimé, jugeant qu'il n'était «pas normal» que des mesures comme le travail du dimanche ou les licenciements «qui devraient relever» du ministre de Travail «relèvent» en fait du ministère de l'Economie via la loi Macron ou «peut-être demain la loi Macron 2».

Sur l'afflux de 207.000 chômeurs supplémentaires depuis la prise de fonction de M. Rebsamen, le secrétaire général de FO n'a pas voulu «jeter la pierre» au ministre sortant, estimant qu'il avait «fait le job dans un contexte de politique économique libérale». «Ce n'est pas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le mardi 18 aout 2015 à 16:16

    Les syndicats ont un devoir de réserve sur la vie politique, il serait temps qu'ils la ferment s'ils tiennent à garder le peu de crédibilité qu'ils ont encore.

  • jfvl le mardi 18 aout 2015 à 16:15

    En régime socialiste, même les représentants syndicaux cherchent à caser leurs copains....

  • M1765517 le mardi 18 aout 2015 à 14:43

    votez marine !

  • M8252219 le mardi 18 aout 2015 à 14:33

    Avec un copain de Martine ça va pas s'arranger les 30 heures par semaine, la retraite a 55 ans pour tous. TOUS PLUS PAUVRES DE JOUR EN JOUR;

  • Aston54 le mardi 18 aout 2015 à 11:18

    Ineffable syndicaliste!!!!! la première chose à faire est de couper les subsides qui leurs sont alloués grace à nos impots!!!! On les finance et ils nous pourrisent la vie avec leurs grèves d'un autre age!!!!!

  • miez1804 le mardi 18 aout 2015 à 10:33

    @M347: d'accord avec vous, et j'irais meme plus loin, il faut se debarasser de tous les ministeres, vue la misere qui propagent!!!!!!!!!!!!!

  • 11246605 le mardi 18 aout 2015 à 10:29

    Germain est soutenu par FO, il faut donc le virer de la liste ! C'est déjà assez choquant qu'un ministre du travail quitte son poste pour des raisons personnelles alors que le chômage continue à monter.

  • M6445098 le mardi 18 aout 2015 à 10:13

    il serait temps de nommer un ministre du travail en lieu et place d'un ministre du chômage dont Rebsamen a été un exemple.

  • bsdm le mardi 18 aout 2015 à 10:09

    Jean marc germain ce n'est pas le mari de ....?

  • M2547374 le mardi 18 aout 2015 à 10:08

    Si les syndicalistes se mettent à choisir leur ministre de tutelle maintenant, cela ne peut que renforcer la médiocrité de ce gouvernement ! c' est vrai que l' on avait déjà connu la co-gestion dans l' éducation nationale, du temps de l' ineffable BAYROU.