Succès encore et encore des SCPI ET OPCI au 1er semestre

le
0

Les statistiques ASPIM-IEIF pour le premier semestre de 2015 confirment une nouvelle fois la forte attractivité́ auprès des épargnants des fonds d’investissement en immobilier comme les SCPI et les OPCI «grand public». Côté SCPI, la capitalisation atteint 34,98 mds € (+6,3%) et la collecte nette 1,85mds € (+47,5%).

La collecte nette Les SCPI ont bénéficié́ d’une collecte nette totale de 1,86 md € (+ 47,5%). Cette forte hausse se propage dans toutes les catégories de ces fonds immobiliers. Il s'agit d'après l'ASPIM d'une « tendance durablement élevée depuis 4 ans. Car depuis 2012, « la collecte nette des SCPI au premier semestre a toujours été́ supérieure à 1,1 md € ».

De leur côté les OPCI grand public, confirment leur « remarquable montée en puissance constatée depuis 2011 ». La collecte nette globale au premier semestre se monte à 1.24 mds € contre 813,32 m€… sur l’ensemble de 2014 ! La raison tient à une mobilisation des grands réseaux de banques et de compagnies d’assurance qui les distribuent principalement sous forme d’unités de compte dans les contrats d’assurance-vie.

La capitalisation

Au 30 juin 2015, la capitalisation globale des SCPI approche les 35 mds € (+ 6,3%). L'ASPIM en profite pour rappeler que le volume global des SCPI a été́ «multiplié par 4,43 par rapport à 1999, 3,04 par rapport 2004 et 1,84 par rapport à 2009 ».

Loin derrière, la capitalisation des OPCI « grand public » s'élève à 3,28 mds €. Néanmoins ce montant est en hausse de 60,57% par rapport à la fin 2014 (2,04 mds €).

Le marché́ secondaire

318,7 m€ (+30,2%) c'est le montant de parts échangées au cours du premier semestre de 2015. « Une évolution notable » par rapport à la même période de l'année dernière. Mais rapporté au total de la capitalisation, le marché́ secondaire « reste toutefois peu actif avec un taux de rotation semestriel des parts inferieur à 1% (0,91%) ». En tous cas, le marché́ des parts de SCPI ne souffre d’aucun problème de liquidité́ même s'il est traditionnellement peu profond. En effet fin juin, les parts en attente de cessions des SCPI à capital fixe se limitent à 80,56 m€ et les retraits non compensés des SCPI à capital variable à seulement 7,97 m €. C'est peu !

Pour conclure, Arnaud Dewachter, Délégué́ général de l’ASPIM estime que « la collecte globale historiquement élevée des SCPI et des OPCI « grand public » confirme la complémentarité́ commerciale de ces véhicules qui diffèrent par leurs caractéristiques techniques et fiscales ». Surtout, leur succès prouve non seulement le besoin des ménages en épargne longue mais aussi leur confiance dans des véhicules dorénavant labellisé par la directive AIFM. Cerise sur le gâteau, « Ils nourrissent donc un cercle durablement vertueux pour notre économie ».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant