Succès à double tranchant pour les ETF obligataires européens

le
0
    par Dhara Ranasinghe 
    LONDRES, 1er février (Reuters) - Les flux de souscription 
dans les fonds indiciels cotés obligataires atteignent des 
niveaux records, soutenant l'activité sur un marché secondaire 
en contraction au risque de devenir un facteur supplémentaire de 
volatilité. 
    L'activité sur le marché obligataire européen est réduite du 
fait du programme de rachats de la Banque centrale européenne et 
de l'évolution de la réglementation bancaire qui pèse sur les 
activités de tenue de marché mais les fonds indiciels cotés 
(exchange traded funds ou ETF) obligataires ont le vent en 
poupe. 
    BlackRock, l'un des principaux promoteurs d'ETF, estime que 
les actifs des fonds de ce type investis en obligations 
européennes ont été multipliés par 2,4 depuis 2009 et que les 
ETF obligataires devraient voir leurs actifs atteindre 2.000 
milliards de dollars à l'échelle mondiale, soit l'équivalent de 
la dette publique italienne. 
    Flux de souscription dans les ETF d'obligations européennes 
: http://reut.rs/1PAQqKp 
     
    En Europe, le marché reste encore modeste. Les actifs sous 
gestion des ETF investis en obligations d'Etat ou d'entreprises 
européennes représentent 56 milliards d'euros contre 26 
milliards, il y a cinq ans, selon des données de Markit. 
    "Il y a eu une vague de souscriptions dans les ETF 
obligataires", a dit Lydia Vitalis, en charge des relations avec 
les sociétés de gestion pour le cabinet de consultants Greenwich 
Associates. "Il y a beaucoup de liquidité retenue dans les ETF 
et ils vont prendre une place grandissante dans le marché." 
    Pour certains spécialistes des marchés et régulateurs, comme 
la Banque des règlements internationaux, cette influence n'est 
pas sans risque et contribue même à une "illusion de liquidité". 
    La liquidité, c'est-à-dire la possibilité d'exécuter des 
ordres de gros montants à un coût limité et sans impact majeur 
sur les prix, constitue l'une des principales préoccupations des 
professionnels des marchés depuis les interventions massives des 
banques centrales et le durcissement de la réglementation qui a 
limité les activités de tenue de marché. 
    Instruments cotés, les ETF ont les faveurs des gérants car 
ils combinent des actifs liquides et d'autres qui le sont moins 
et dans lesquels il leur serait difficile d'investir 
directement. 
     
    DÉPLACEMENT DU RISQUE DE LIQUIDITÉ  
    Mais les ETF évoluant en phase avec le marché sous-jacent, 
ils peuvent se transformer en facteur de volatilité si tous les 
investisseurs cherchent à sortir du marché en même temps, en 
particulier sur des segments moins liquides comme celui de la 
dette des entreprises. 
    "Il y a problème de liquidité fantôme", estime le 
responsable de la stratégie taux de Rabobank, Richard McGuire. 
    "La réduction de la liquidité sur le marché obligataire 
nourrit la demande des institutionnels pour les ETF", a dit 
Brett Pybus, de BlackRock. 
    "La négociation de lignes obligataires isolées devient de 
plus en plus difficile et nous voyons de plus en plus 
d'investisseurs intervenant sur cette classe d'actifs qui se 
tournent vers les ETF comme un instrument complémentaire" de 
leur politique d'investissement. 
    Pas moins de 60% des investisseurs institutionnels européens 
recourent aux ETF pour accéder au marché obligataire, selon une 
étude de Greenwich Associates publiée la semaine dernière. 
    Pour Vanguard, un autre grand promoteur d'ETF, la question 
de leur liquidité n'a que peu d'impact sur celle du marché 
obligataire sous-jacent car les achats et les ventes d'ETF 
peuvent se compenser et seul le solde des opérations est 
susceptible d'avoir des effets. 
    La croissance des ETF représente toutefois un déplacement du 
risque de liquidité des banques agissant en tant que teneurs de 
marché vers les gestionnaires d'actifs, peut être plus à même de 
le supporter. 
    Pour David Amplette-Lewis, gérant d'actifs chez Smith and 
Williamson, les ETF ne sont pas intrinsèquement générateurs de 
risque mais leur influence croissante doit toutefois conduire à 
surveiller leur impact potentiel sur le marché. 
 
     
 
 (Graphique par Gutavo Cabrera Cervantes, Marc Joanny pour le 
service français, édité par Véronique Tison) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux