Suarez, working class Pistolero

le
0
Suarez, working class Pistolero
Suarez, working class Pistolero

Grâce a un Suarez redevenu Pistolero pour son retour en Angleterre, les Catalans ont d'abord offert un récital, avant de reculer en seconde période et voir Agüero réduire la marque. Point noir, Messi a raté un penalty en fin de rencontre.

Manchester City
Hart (7) : Joe est un bon wingman. Un mec qui a regardé son pote moche se faire remballer toute la soirée par la même nana, mais va ensuite la draguer pour obtenir son numéro : "Tiens, elle m'a donné ça pour toi ! ". Ca n'a aucune chance de marcher, mais le geste a le mérite d'exister.

Clichy (3) : Du mal à protéger sa porte, du mal à garder sa place.

Demichelis (3,5) : Comme une vidéo choppée dans la catégorie Teen vs Old : une scène intéressante avant que ça devienne malsain.

Kompany (4) : D'habitude, Vincent est solide. Mais quand les sheitans du Barça le font danser, la Kompany s'écroule. Vincent Cassé.

Zabaleta (4,5) : Deux tacles de gangsters sur Neymar puis Alba avant de se faire braquer un penalty par Messi. Pablo Deruda.

Milner (2,5) : En écrivant Atlantic City, Bruce Springsteen ne pensait pas aussi bien raconter le naufrage de James.

Fernando (2) : En revanche, c'est bien en voyant la performance du Brésilien que My city in ruins est sortie de sa guitare. Du Boss pour les bouses.

David Silva (5,5) : Une longue sieste entrecoupée de quelques éclairs. De berceuse à vive attaque. De Rondoudou à Pikachu. Les dents en plus. Remplacé par Sagna (78e) dont le faible temps de jeu ne permet guère de lui tresser des louanges.

Nasri (5) : Deux punchlines pour masquer le vide. Un tweet d'Anara Atanes. Remplacé par Fernandinho (62e), utile pour gêner la frappe de Bony.

Aguero (6,5) : Le "one and only" sur la grande map de l'Etihad. Heureusement, il a su dégainer un HS pour sauver un round. Suffisant pour s'acheter une M4 lors de la prochaine manche.

Džeko (4) : En début de match, il prend un ballon dans les parties. Ensuite, il rate une belle action en plaçant une tête toute molle sur Ter Stegen. Une preuve qu'Edin ne fait pas encore partie de la castre des grands. Remplacé par Bony (67e), utile pour gêner la frappe de Fernandinho.
FC Barcelone
Ter Stegen (5) : Il a voulu participer à la fête coûte que coûte, quitte à tenter un arrêt de la poitrine. Le mec qui te taxe ta clope en soirée en te disant : "Je peux te prendre une ou deux taffes ? " Bah...























Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant