Suarez sauve le Barça et Luis Enrique.

le
0
Suarez sauve le Barça et Luis Enrique.
Suarez sauve le Barça et Luis Enrique.

Entré en seconde période, Luis Suarez a transfiguré le Barça. Passeur décisif pour Neymar puis Jordi Alba, il permet aux Catalans de vaincre Alméria. Mais les lacunes inquiètent.

Almeria - Barca
(1-2)

T. Bifouma (36') pour Almeria , Neymar (72'), J. Alba (82') pour FC Barcelone.


Le Barça devait laver l'affront. Après deux défaites en championnat, dont un Clasico reçu en forme de claque, les Catalans ont su réenclencher la marche avant sur la pelouse d'Almeria (1-2). Mais quelle chance, tant les choix discutables de Luis Enrique et un manque criant de vouloir jouer ensemble ont pourri leur rencontre. Juste avant la trêve internationale, le coach barcelonais choisit inexplicablement de se passer de Luis Suarez, Neymar et Xavi au coup d'envoi. Sans une boussole au milieu de terrain, sans mouvement autour de Lionel Messi, le premier acte est un condensé de tout ce que le Barça a de plus laid. La seconde période, moins affreuse, a elle été révélatrice de toutes les décisions étranges de Luis Enrique. Avec l'Uruguayen et le Brésilien sur le pré, le FC Barcelone a retrouvé de son mordant à défaut de son tranchant. Après avoir égalisé par l'intermédiaire de Neymar, les Catalans ont poussé, poussé, poussé... Avant de faire céder l'arrière-garde andalouse suite à deux passes décisives de Luis Suarez. En somme, un Luis qui sauve un Luis.
Le TGV Bifouma
Almeria et son stade des Jeux Méditerranéens n'ont pas vraiment la dégaine du guet-apens. En dix rencontres face aux Andalous, les Barcelonais se sont imposés à huit reprises pour deux petits nuls. Sans ses deux comparses Neymar et Suarez, Lionel Messi, capitaine d'un après-midi, s'empresse de mettre le feu dans la surface adverse. Sur une contre-attaque emmenée par Rafinha et relayée par Munir, la Pulga se retourne mais ne trouve que les gants de Ruben. Une action contre-nature tant les Blaugranas sont acculés dans leur propre surface de réparation. Incapable de se dégager, l'arrière-garde de Lucho plie mais ne rompt pas. Pis, sur un coup de tête de Messi ricochant sur la barre, les Barcelonais sont proches du hold-up. Sans la moindre maîtrise au milieu de terrain, la faute aux absences conjointes de Xavi et Iniesta, Mascherano tente...








Almeria - Barca
(1-2)

T. Bifouma (36') pour Almeria , Neymar (72'), J. Alba (82') pour FC Barcelone.


Le Barça devait laver l'affront. Après deux défaites en championnat, dont un Clasico reçu en forme de claque, les Catalans ont su réenclencher la marche avant sur la pelouse d'Almeria (1-2). Mais quelle chance, tant les choix discutables de Luis Enrique et un manque criant de vouloir jouer ensemble ont pourri leur rencontre. Juste avant la trêve internationale, le coach barcelonais choisit inexplicablement de se passer de Luis Suarez, Neymar et Xavi au coup d'envoi. Sans une boussole au milieu de terrain, sans mouvement autour de Lionel Messi, le premier acte est un condensé de tout ce que le Barça a de plus laid. La seconde période, moins affreuse, a elle été révélatrice de toutes les décisions étranges de Luis Enrique. Avec l'Uruguayen et le Brésilien sur le pré, le FC Barcelone a retrouvé de son mordant à défaut de son tranchant. Après avoir égalisé par l'intermédiaire de Neymar, les Catalans ont poussé, poussé, poussé... Avant de faire céder l'arrière-garde andalouse suite à deux passes décisives de Luis Suarez. En somme, un Luis qui sauve un Luis.
Le TGV Bifouma
Almeria et son stade des Jeux Méditerranéens n'ont pas vraiment la dégaine du guet-apens. En dix rencontres face aux Andalous, les Barcelonais se sont imposés à huit reprises pour deux petits nuls. Sans ses deux comparses Neymar et Suarez, Lionel Messi, capitaine d'un après-midi, s'empresse de mettre le feu dans la surface adverse. Sur une contre-attaque emmenée par Rafinha et relayée par Munir, la Pulga se retourne mais ne trouve que les gants de Ruben. Une action contre-nature tant les Blaugranas sont acculés dans leur propre surface de réparation. Incapable de se dégager, l'arrière-garde de Lucho plie mais ne rompt pas. Pis, sur un coup de tête de Messi ricochant sur la barre, les Barcelonais sont proches du hold-up. Sans la moindre maîtrise au milieu de terrain, la faute aux absences conjointes de Xavi et Iniesta, Mascherano tente...







...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant