STX, la crainte d'un nouvel Alstom

le , mis à jour à 06:41
11
STX, la crainte d'un nouvel Alstom
STX, la crainte d'un nouvel Alstom

Pas question que le chantier naval de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) et son savoir-faire centenaire tombent entre de mauvaises mains. Hier, le gouvernement a annoncé sa volonté de peser dans le choix du repreneur de ce site industriel d'où sont sortis depuis 150 ans quelques-uns des plus prestigieux bateaux du monde : le « Normandie » (1932), le « France » (1960), le « Queen Mary 2 » (2003) ou encore l'« Harmony of the Seas », le plus grand bateau de croisière jamais construit.

 

Début septembre, son actionnaire majoritaire (à 66,66 %), le coréen STX Off shore and Shipbuilding, quatrième constructeur maritime mondial, a en effet été placé sous redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Séoul. Alors que la justice coréenne prévoyait de vendre séparément la partie française de STX, il est désormais question de céder le groupe en un seul bloc. Un changement qui avantagerait des repreneurs chinois, les seuls disposant des 7 Mds€ nécessaires pour racheter l'ensemble.

 

Crainte du pillage du savoir-faire

 

De quoi nourrir les inquiétudes des salariés, des syndicats mais aussi des élus. « Le risque est un pillage de notre savoir-faire par les Chinois, décrypte Christophe Morel de la CFDT. Construire des bateaux, c'est une chose. Les livrer en temps et en heure en est une autre. Et ça, à Saint-Nazaire, on sait le faire. » La preuve, le carnet de commandes de 14 navires, soit 12 Mds€ et dix ans de travail pour les 2 600 salariés et les 4 000 emplois des sous-traitants. Les syndicats militent pour une solution européenne, notamment néerlandaise, avec le constructeur Damen. « C'est celui qui propose le plus de synergies, assure le syndicaliste de la CFDT. Il construit des petits bateaux, nous des gros. »

 

Dans tous les cas, l'Etat dispose de nombreuses cartes pour peser. D'abord, avec 33,4 % du capital, il possède une minorité de blocage pour s'opposer à toute décision ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 il y a un mois

    il ne faut surtout pas faire ce que Macron a fait pour Alstom. Il faut un champion européen et les hollandais sont d'excellents commerçants. Surtout ne pas laisser la direction à un français qui sera énarque ou polytechnicien, c'est à dire un incapable. De toutes les façons, avec le dossier air France klm, les hollandais ne eulent plus entendre parler des dirigeants français !

  • jackie il y a un mois

    laissons faire les choses par le privé, nous savons ou cela conduit quand l'état s'engage,pensez à vos impôts, et quand je lis,la construction du FRANCE..... et ce qu'il est devenu, je pleure, a ce qui pourrait nous arriver

  • d.jousse il y a un mois

    les chantiers sont ils rentables. Pour remporter des affaires nous avons tellement l'habitude de vendre à perte. Encore une place forte des syndicats.

  • remimar3 il y a un mois

    Les mêmes causes produisant les mêmes effets, on a laissé démanteler Alstom alors pourquoi pas STX ? Sauf que bientôt on aura des élections.

  • corwin il y a un mois

    L'état français emprunte à taux nul ou négatif... Pour une fois cela vaudrait le coup d'emprunter pour investir et non pas pour des coûts de fonctionnement... Il rachète le tout, vend tout ce qui est coréen de suite puis introduit les chantiers navals en bourse et empoche au passage une plus value...

  • M2061328 il y a un mois

    il ne faut pas 7 milliards , les 7 c'est pour l'ensemble de STX, l'Etat français ne va pas devenir l'actionnaire, le propriétaire d'activités en Corée du Sud et dans le reste du monde - seul les chantiers navals nous concernent

  • atribut2 il y a un mois

    La socièté est elle vraiment rentable?quels sont les chiffres?

  • alphalog il y a un mois

    l'état va acheter des bateaux après les tgv? ok je sors

  • M2061328 il y a un mois

    OUI jmlhomme - Etre vigilant par contre et cadrer le futur d'entrée, c'est à dire la remise en bourse, pas d'OPA si je puis m'exprimer ainsi d'un syndicat entre temps

  • M1054081 il y a un mois

    Si l'Etat français disposait de 7Mds€ l'affaire est lui .