Stripe, la fintech qui valait 5 milliards de dollars, débarque en France

le
0
Stripe, la fintech qui valait 5 milliards de dollars, débarque en France
Stripe, la fintech qui valait 5 milliards de dollars, débarque en France

Fondée il y a près de six ans par deux petits génies irlandais de 25 et 27 ans, Stripe, plateforme américaine de services de paiements mobiles, valorisée à 5 milliards de dollars, débarque en France, une simple étape pour un groupe aux objectifs mondiaux.Déjà présente dans 25 pays, Stripe est l'une des dernières "licornes" - club fermé de start-up dont la valorisation a atteint le milliard de dollars - en vogue.Son concept: fournir aux commerces en ligne la palette la plus large possible d'outils en matière de paiements et de transactions.L'idée est née de deux frères, Patrick et John Collison, qui s'étaient heurtés aux difficultés du paiement en ligne avec leur première start-up, Auctomatic, dédiée à la vente aux enchères en ligne et revendue 5 millions de dollars alors qu'ils avaient 17 et 19 ans."On a voulu résoudre ça", a expliqué à l'AFP, John Collison, le cadet, de passage cette semaine à Paris pour le lancement de son groupe."L'idée est de permettre aux nouveaux entrepreneurs de lancer facilement leur commerce en ligne et d'accepter de l'argent quelle que soit sa provenance", décrit le jeune président de Stripe, dont la plateforme reconnaît les paiements en 130 devises et ceux effectués via Apple Pay, Android Pay, Alipay, ainsi qu'en bitcoin.Paiement en un clic, gestion des abonnements payants, des flux d'argent entre un commerçant et ses collaborateurs, sécurisation des transactions, etc.: Stripe veut tisser sa toile dans les technologies comptables et financières.Et semble y arriver avec plusieurs milliards d'euros de transactions revendiqués pour des milliers de clients, de la micro-entreprise au groupe coté, dont Facebook, Twitter, Pinterest, The Guardian, Deliveroo. La fintech (start-up dédiée à la finance) basée à San Francisco, qui se voit plus comme une société technologique que financière, souligne avoir levé 300 millions de dollars auprès notamment de Visa, American ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant