Strauss-Kahn laisse les socialistes dans l'incertitude

le
0
Le directeur du FMI assure au journal allemand Stern qu'il ira au bout de son mandat «en 2012».

Dominique Strauss-Kahn ne reviendra pas en France pour défier Nicolas Sarkozy lors de la prochaine élection présidentielle. Voilà du moins ce qu'il affirmait au magazine allemand Stern le 18 novembre. «Je vais aller jusqu'au terme de mon mandat de directeur général du FMI, et ce terme est en 2012», assurait-il au terme d'un long entretien sur l'évolution de la crise financière et l'économie mondiale. D'habitude, l'ancien ministre socialiste ne précise pas la date. En France, le doute persiste. Et forcément, Dominique Strauss-Kahn l'entretient.

«Il y a un problème DSK», pense Manuel Valls. Le député maire d'Évry est candidat déclaré aux primaires, le seul pour l'instant avec Arnaud Montebourg. «Attendre, attendre, ça va être difficile. Il faut qu'au printemps on sache qui veut être candidat», continue-t-il. Cette impatience est partagée par l'ex-premier secrétaire François Hollande, lui aussi en préparation pour les primaires. Et par une grande partie des

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant