Strasbourg : un eurodéputé hospitalisé après une rixe au Parlement

le
1
Strasbourg : un eurodéputé hospitalisé après une rixe au Parlement
Strasbourg : un eurodéputé hospitalisé après une rixe au Parlement

KO. ​​​​​Steven Woolfe, favori pour prendre la tête du parti europhobe britannique Ukip, a été hospitalisé ce jeudi à Strasbourg après un malaise consécutif à une altercation, selon l'ex-chef du parti Nigel Farage. La bagarre a eu lieu lors d'une réunion des eurodéputés Ukip dans les locaux du parlement européen.

Cet épisode survient alors que l'Ukip est plongé dans une profonde crise de gouvernance, trois mois et demi après la victoire du Brexit lors du référendum de 23 juin, pour laquelle le parti europhobe oeuvrait ardemment depuis sa fondation en 1993.  Steven Woolfe, porte-parole du parti sur les questions d'immigration, est le grand favori pour prendre la tête de l'Ukip. Une candidature qui ne plaît pas à certains députés. 

 

Des coups donnés par un membre de son parti

Selon des médias britanniques, Steven Woolfe aurait été pris en charge en urgence pour une hémorragie cérébrale, consécutive à des coups donnés par un de ses camarades de parti. Une télévision britannique a montré une image du député inanimé, étendu au sol, sur une passerelle du grand bâtiment de verre et d'acier du Parlement européen. 

​​​Steven Woolfe, 48 ans, a cependant donné par la suite des nouvelles rassurantes, sans évoquer une quelconque dispute. Dans un communiqué diffusé par son parti, il a dit avoir subi un scanner cérébral dont les résultats étaient rassurants. « Je me sens bien », a-t-il affirmé, précisant qu'il souffrait seulement d'un « engourdissement » dans la partie gauche du visage et qu'à titre de « précaution » il resterait hospitalisé au moins jusqu'à vendredi.

 

Conscient à l'arrivée des pompiers

Le malaise du parlementaire britannique, survenu vers 12h30, n'était en tout cas pas immédiatement consécutif à la réunion qu'il a eue dans la matinée avec ses collègues de l'Ukip. Entre les deux, il a en effet pris part aux votes dans l'hémicycle, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 2 mois

    Ils sont trop nombreux, s'ils commencent à s'éliminer entre eux, c'est bon signe.