Strasbourg: première pierre d'une tour de logements productrice d'énergie

le
1
La tour Elithis Danube à Strasbourg, première tour de logements à énergie positive à coût standard. (Elithis)
La tour Elithis Danube à Strasbourg, première tour de logements à énergie positive à coût standard. (Elithis)

(AFP) - La première pierre d'une future tour compacte de 63 logements à énergie positive, l'un des plus grands projets au monde de ce type d'habitat produisant plus d'énergie qu'il n'en consomme, a été posée lundi à Strasbourg.

La Tour Elithis, installée dans l'écoquartier Danube près du port de Strasbourg, fera 50 mètres de haut.

La future tour produira l'équivalent de 90,3 kWh par mètre carré et par an grâce à des panneaux photovoltaïques sur ses façades, pour une consommation normale légèrement moindre, de l'ordre de 88,5 kWh/m2, selon les chiffres communiqués par son promoteur, la société française Elithis.

La future tour, composée d'une grande façade sud chargée de capter l'énergie solaire, et d'une façade nord plus petite, présentera une forme "profilée pour éviter les vents", selon Anouk Legendre, architecte du projet.

L'énergie produite par l'immeuble doit couvrir les besoins individuels de chauffage, d'électricité, de ventilation et d'eau chaude sanitaire pour une température intérieure de 21 degrés.

L'énergie produite couvrira aussi l'usage des équipements des parties communes (ascenseurs, éclairage...) et le fonctionnement des appareils domestiques, réfrigérateur, lave-linge ou télévision, a précisé Anouk Legendre.

Les futurs locataires seront eux-mêmes associés au contrôle de leur consommation d'énergie: ils disposeront ainsi d'un tableau de bord qui leur permettra par exemple de désactiver les appareils en veille.

Le maire de Strasbourg Roland Ries (PS) et le préfet du Bas-Rhin Stéphane Fratacci ont assisté lundi matin à la pose de la première pierre du chantier qui devrait être achevé mi-2017.

Le chantier devait initialement débuter l'année dernière.

La future Tour Elithis, dont le coût est de 21,1 millions d'euros, prendra place dans l'écoquartier Danube, lui-même composante du projet urbain Deux-Rives qui vise à créer un nouveau quartier de 9.000 logements et 8.500 emplois jusqu'au Rhin et un peu au-delà dans la commune allemande riveraine de Kehl.

Elle sera installée près de trois autres tours de 50 m de haut, le projet Black Swans ("cygnes noirs") dont le chantier, localisé sur la presqu'île Malraux, près de l'ancien bassin portuaire, a lui aussi commencé il y a quelques jours.

Elithis, une société d'ingénierie dans le bâtiment employant 200 salariés, a notamment réalisé une tour de bureaux à énergie positive à Dijon (Côte-d'Or) où elle a son siège.

En septembre, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) recensait quelque 333 bâtiments "à énergie positive" en service ou sur le point d'être livrés en France.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fignar le mardi 3 nov 2015 à 08:17

    Qu"attends t’ont pour généraliser ce type de construction et rendre obsolète tout autre réglementation qui oblige à construire de type "régional " façon 19è siecle .La maison à énergie positive doit devenir la norme .