Strasbourg - Jérémy Leloup : " On aimerait bien que ça s'arrête "

le
0
Strasbourg - Jérémy Leloup : " On aimerait bien que ça s'arrête "
Strasbourg - Jérémy Leloup : " On aimerait bien que ça s'arrête "

Après trois défaites d'affilée en finale de Pro A, Strasbourg aimerait enfin mettre fin à la série noire en juin prochain. Jérémy Leloup, ailier de la SIG depuis 2013, veut y croire.

Jérémy Leloup, la saison a plutôt bien commencé, avec ce premier trophée remporté lundi dernier lors du Match des Champions contre Limoges (59-86)…
A vrai dire, la saison avait mal commencé avec la défaite à Nancy en Coupe de France (77-69 en 1/16 de finale, ndlr). Donc on avait à cœur de se reprendre pour gagner un trophée et montrer qu’on n’avait pas bien défendu contre Nancy, et c’est ce qu’on a fait contre Limoges. Mais ce n’était pas un match qui comptait pour la saison régulière. On ne va pas s’arrêter là-dessus. Le plus important, ce sera le championnat.

Vous savez que depuis sa création, l’équipe qui gagne le Match des Champions n’est pas championne par la suite ? 
Non, je ne savais pas. Les stats sont faites pour être déjouées, on verra à la fin de la saison. Pour le moment, elle n’a même pas encore commencée. On va se concentrer sur nous.

Comme s’est déroulée la pré-saison (7v-3d) ? Vous êtes prêts à affronter l’ASVEL ce samedi ? 
La pré-saison s’est bien passée. Le début était pas mal. On a une nouvelle équipe, avec des joueurs qui se sont vraiment bien intégrés. On voit qu’on a encore beaucoup de travail à faire, que ce soit offensivement ou défensivement. Vincent (Collet, l’entraîneur des Bleus et de Strasbourg, ndlr) n’est arrivé qu’en début de semaine dernière. Il a des choses à nous faire travailler, des petits points de détail, des petits ajustements ça va prendre un petit peu plus de temps. On a pour objectif d’être prêts pour le début de l’Euroligue (le 15 octobre, ndlr). On travaille, chaque entraînement est important, chaque match aussi.

L’absence de Vincent Collet pendant un mois et demi a-t-elle changé quelque chose pour le groupe ?
Il était en contact régulier avec son adjoint Pierre Tavano, quasiment tous les jours. Pour ceux qui sont là depuis deux, trois ans, ils sont habitués à faire la préparation avec Pierre. C’est à peu près la même chose, à part que Vincent a peut-être un œil un peu plus technique encore que Pierre, plus spécialiste. Les systèmes ne changent pas, ce sont juste des points de détails qui peuvent être importants pour la suite.

« Il va falloir faire attention à l’ASVEL, à Nanterre, ou même Monaco »

Les recrues semblent avoir été bien intégrées, à l’image de Rodrigue Beaubois ou Kyle Weems…
 On a l’avantage d’avoir un groupe de onze joueurs pro, ça peut nous permettre de tourner vraiment sur le terrain, et ça permet d’être à fond à chaque fois qu’on joue. On peut jouer 5, 10, 15, 20 minutes, le but n’est pas de tirer sur les joueurs. Tout le monde peut se mettre en réelle possession de ses moyens. Kyle et Rodrigue sont bien en moment. Chacun aura ses bons et mauvais moments, mais pour l’instant l’équipe tourne bien. A chaque match, il y a une personne qui sort un peu du lot, c’est encourageant. On a une équipe de onze joueurs qui peuvent faire la différence, c’est important de s’appuyer là-dessus.

Après trois défaites d’affilée en finale, l’objectif est une nouvelle fois le titre de champion ?
C’est sûr. Ça fait trois ans pour certains, deux pour d’autres. A un moment donné, on aimerait bien que ça s’arrête. L’objectif est vraiment d’aller chercher le titre. Mais on est vraiment loin de tout ça, il faut se concentrer sur les tous les matchs à venir. Au moment où il va falloir être plus consistant pour aller enfin récupérer un titre, il faudra qu’on soit présent. On va travailler tout au long de la saison pour être dans les meilleures dispositions à la fin de la saison.

Limoges sera une nouvelle fois votre grand rival, ou une équipe peut-elle créer la surprise ?
On a vu  par le passé que toutes les équipes peuvent battre tout le monde. Au fur et à mesure de l’année, des équipes vont peut-être un peu sortir du lot. Il va falloir faire attention à l’ASVEL, à Nanterre, ou même Monaco, avec un gros budget et beaucoup de joueurs, Limoges forcément…  Une hiérarchie va se mettre en place progressivement, mais pour l’instant on ne peut pas vraiment savoir. On fera le point dans dix matchs.

« Au moins accrocher un stage avec les Bleus »

Vous êtes tombé dans un groupe de la mort en Euroligue. Pourrez-vous atteindre le Top 16 ? 
C’est sûr que ça va être très compliqué pour nous. Mais on va essayer de figurer le mieux possible, créer pourquoi pas une surprise contre les équipes qui sont moins fortes que le Real, le Khimki Moscou ou Fenerbahçe (l’Etoile Rouge de Belgrade et le Bayern Munich sont les autres équipes de la poule, ndlr). Ça reste du basket, tout peut se passer. Déjà, on va essayer d’être au niveau physiquement, dans le jeu, pour ne pas prendre 30 points à chaque match. Ce serait déjà une belle performance de rester dans les matchs, et voir comment ça va pouvoir se dérouler.

Les ambiances promettent d’être très chaudes dans ce groupe A…
On va jouer devant 10, 15, 20 000 personnes, ça va être impressionnant. Il va falloir essayer de faire abstraction de ça et d’en profiter, d’emmagasiner de l’expérience par rapport au contexte extérieur pour qu’on soit prêt et qu’on ne soit pas déstabilisé à la fin de la saison, si on arrive dans des ambiances un peu chaudes en play-offs.

Vous entamez votre troisième saison en Alsace et avez prolongé jusqu’en 2017, vous n’aviez pas envie d’ailleurs ?
Je me sens bien en Alsace. Le système offensif que me propose Vincent me correspond bien. Je suis quelqu’un qui a besoin des systèmes pour « exister » sur le terrain, car je ne suis pas un joueur qui peux se créer son tir facilement. Je suis plus un joueur de collectif. Je ne vois pas pourquoi je n’aurais pas continué l’aventure.

Vous faisiez partie du groupe des 24 joueurs pré-sélectionnés pour l’Euro. Rêvez-vous de participer au TQO en juillet prochain, voire aux JO ?
Pourquoi pas, j’espère. C’est une grosse motivation. Je pense que je n’étais pas très loin, donc à moi de faire les efforts pour montrer que je peux peut-être prétendre à au moins accrocher un stage, ce serait déjà un pas en plus. Ça va être un peu le fil rouge de l’année pour moi, mais ce n’est pas quelque chose qui va m’obséder, il ne faut pas que je déjoue non plus complètement, et que je passe à travers la saison.

L’effectif de Strasbourg 2015-16 : Mardy Collins (USA, 31 ans), Rodrigue Beaubois (FRA, 27 ans), Paul Lacombe (FRA, 25 ans), Jérémy Leloup (FRA, 28 ans), Louis Campbell (USA, 36 ans), Frank Ntilikina (FRA, 17 ans), Vladimir Golubovic (SER, 29 ans), Bangaly Fofana (FRA, 26 ans), Kyle Weems (USA, 26 ans), Romain Duport (FRA, 28 ans), Matt Howard (USA, 26 ans), Olivier Cortale (FRA, 17 ans), Samuel Eber (FRA, 18 ans), David Ekembe (FRA, 18 ans), Quentin Goulmy (FRA, 17 ans), Marc Kwedi (FRA, 18 ans).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant