"Stone", la petite joaillerie qui fait de l'ombre à la place Vendôme

le
0
"Stone", la petite joaillerie qui fait de l'ombre à la place Vendôme
"Stone", la petite joaillerie qui fait de l'ombre à la place Vendôme

Il y a douze ans, Marie Poniatowski n'hésite pas à ranger au placard son habit d'assistante de cinéma pour devenir créatrice de bijoux. Une décision qui s'impose à elle comme une évidence, lors d'un voyage à New York, où elle découvre de jeunes créateurs qui innovent. « Je me suis dit, c'est ça que je veux faire. Pourtant, se souvient-elle en riant, je ne savais pas vraiment dessiner, je n'étais absolument pas une femme à bijoux ». A peine rentrée à Paris, Marie Poniatowski, enceinte de six mois, installe aussitôt son nouveau bureau dans l'appartement familial et se met à dessiner sa première collection. Dans la foulée, elle casse sa tirelire et avec 7 000 ¤, créé sa société Stone Paris.

« Le monde de la joaillerie est un milieu très fermé »

Reste ensuite à trouver un artisan pour donner vie à ses bijoux. Et ce ne fut pas une mince affaire, car, explique-elle, « le monde de la joaillerie est un milieu très fermé ». Mais cette battante, malgré son ventre de plus en plus en rond, ne baisse pas les bras. Portée par le soutien indéfectible de son mari, elle finit par trouver la perle rare qui accepte de fabriquer sa première collection, des boucles d'oreilles, bagues et bracelets très fins tout en or et en diamants. « Des oeuvres à l'image de sa créatrice, souligne un ami, ces bijoux sont à la fois un brin rock'n'roll tout en rappelant ceux d'antan ».

Colette devient son premier point de vente

Mais surtout cette collection tape dans l'oeil de la responsable de la célèbre boutique parisienne Colette (Paris Ier) qui devient son premier point de vente. « Colette, c'est ma bonne fée, mon porte-bonheur », insiste la créatrice, qui précise qu'elle a toujours voulu travailler avec des boutiques à l'image à ses bijoux... Quitte à dire non à des grands et célèbres magasins. Bonne gestionnaire, elle refuse également de déposer ses bijoux en dépôt car elle n'a tout simplement pas les moyens de se ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant