Stoffel Vandoorne, tout sauf un invité surprise

le
0

Appelé de dernière minute pour remplacer au pied levé un Fernando Alonso blessé et déclaré inapte à piloter, Stoffel Vandoorne fait ses débuts en F1 lors du Grand Prix de Bahreïn. A 24 ans, le Belge a déjà su saisir sa chance de montrer au paddock son talent.

Il a sa chance en F1 plus tôt que prévu. A 24 ans, en raison de l'impossibilité pour Fernando Alonso de piloter sa McLaren-Honda pour cause de côtes fracturées qui pourraient être un danger pour sa santé, Stoffel Vandoorne fait ses débuts en Grand Prix lors de la deuxième manche du championnat 2016 à Bahreïn ce week-end. Champion dans quasiment toutes les catégories où il s’est aligné depuis ses débuts en monoplace en 2010, le natif de Courtrai est, dans l’esprit des dirigeants de McLaren, le successeur de Lewis Hamilton, dernier élément phare de la filière de jeunes pilotes de l’écurie de Woking. La F4 Eurocup en 2010, la Formule Renault 2.0 en 2012 puis le GP2 la saison dernière, quasiment rien n’a arrêté Stoffel Vandoorne dans son ascension vers la F1... sauf le manque de volants disponibles dans la catégorie reine cette saison. Un regret que Julien Fébreau, le commentateur de la F1 pour Canal+, nous avait confié au terme de la saison dernière. « Il est le champion GP2 en titre et il a montré un talent exceptionnel. Maintenant, c’est aussi le charme de la F1, c’est qu’il y a vingt pilotes sur la grille de départ, résume-t-il. On peut être le plus talentueux des jeunes pilotes, ce qui semble être le cas de Stoffel Vandoorne, et ne pas pouvoir y entrer tout de suite parce que c’est ultra ultra fermé et que c’est un tout petit club. Ça viendra pour lui, j’en suis persuadé parce que McLaren compte beaucoup et mise beaucoup sur lui. »

Une « année de transition » au Japon

Ron Dennis et Eric Boullier, en effet, comptent énormément sur le jeune Belge et n’ont pas hésité un instant à le rappeler plus tôt que prévu du Japon, où il effectuait des tests avec l’équipe Dandelion en Super Formula, pour se préparer à son premier week-end de Grand Prix en tant que titulaire. Un week-end de course commencé dans la catastrophe puis que Stoffel Vandoorne est arrivé à Sakhir le matin des premiers essais et a dû travailler dans l’avion pour être prêt à monter dans la MP4-31. Car, alors que Jenson Button et Fernando Alonso ont été confirmés pour 2016, le jeune pilote belge n’a eu d’autre choix que de s’exiler au Japon, avec le soutien de Honda, pour continuer à piloter en marge de son programme de troisième pilote chez McLaren, le GP2 n’autorisant pas le champion en titre à revenir. Ce que Julien Fébreau nous avait décrit comme « une année de transition » avant de prendre la place d’un des deux titulaires de l’écurie de Woking, le départ à la retraite de Jenson Button et la lassitude de Fernando Alonso face au manque de performance de la McLaren à moteur Honda pouvant changer la donne au terme de la saison 2016. Et c’est justement ce manque de performance qui pourrait nuire aux débuts de Stoffel Vandoorne. « Ce qui serait dommage, ce serait de gâcher son talent et de le mettre dans une voiture non compétitive, ce qui pourrait être assez dévastateur, nous avait confié la voix de la F1 sur Canal+. Finalement, ce serait peut-être un mal pour un bien qu’il patiente une année supplémentaire avant de monter dans une voiture vraiment performante chez McLaren. » Une année de transition au pays du Soleil Levant, dans un championnat compétitif où l'on retrouve des pilotes du calibre d'Andre Lotterer, Narain Karthikeyan, Kamui Kobayashi ou Kazuki Nakajima, tous passés par la F1 ces dernières années.

Adoubé au sein de McLaren

Ce qui est certain, c’est que Stoffel Vandoorne a impressionné le paddock de F1 ces deux dernières saisons et qu’il est déjà adoubé par ses pairs au sein de l’écurie McLaren, et que ses premiers tours de roue ont confirmé la tendance. Ce samedi, Stoffel Vandoorne a tout simplement battu Jenson Button lors des qualifications, signe d’un apprentissage ultra-rapide pour ce surdoué du volant. « Stoffel est naturellement un pilote très expérimenté. Il connaît bien la piste pour y avoir couru plusieurs fois les années précédentes. Il a même gagné ici l’an dernier en GP2. Il a également beaucoup travaillé avec l’équipe depuis l’an dernier, participant à plusieurs journées d’essais. Il connaît donc déjà un peu la voiture, il connaît l’équipe et il sait comment nous travaillons durant un week-end de course, a confié à F1i Jenson Button. Il va bien évidemment devoir apprendre certaines choses sur le tas, mais il est déjà monté dans le baquet d’une monoplace de Formule 1 et je suis sûr qu’il s’en sortira. » Une impression confirmée par son prédécesseur dans le rôle de troisième pilote chez McLaren, et désormais titulaire chez Renault, Kevin Magnussen, champion 2013 en Formule Renault 3.5 juste devant… Stoffel Vandoorne. « Il est suffisamment bon pour être en F1, je suis convaincu qu’il va faire une bonne course. Je sais qu’il mérite d’être ici donc je suis heureux de le voir avoir sa chance, a déclaré le pilote Renault au magazine britannique Autosport. Tout le monde ne peut pas l’avoir, donc j’espère qu’il va en profiter. » Pour le pilote danois, Stoffel Vandoorne a même l’étoffe pour égaler son coéquipier d’un week-end Jenson Button, pourtant champion du monde et à l’expérience sans commune mesure. Chose que le Belge est parvenu à faire en qualifications, à lui de montrer qu’il a la capacité de faire encore mieux en course.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant