Stocker le sang des ouvriers à Fukushima

le
0
Cinq cancérologues japonais plaident pour que leurs cellules souches soient conservées, en prévision d'un traitement.

Des centaines d'ouvriers ont travaillé et restent à pied d'œuvre depuis le 11 mars dernier sur le site de la centrale nucléaire de Fukushima, au Japon, pour fermer les réacteurs, canaliser les fuites de radioactivité et gérer les tonnes d'eau contaminées qui ont servi à refroidir les réacteurs. Ces équipes travaillent dans des conditions extrêmement dangereuses pour la santé. Malgré des tenues de protection, ils peuvent être exposés à des doses élevées d'irradiation, en cas d'accident, à un risque accru d'aplasie médullaire (chute de la production par la moelle osseuse des cellules de la lignée sanguine, globules rouges, blancs...). Certains cancers à long terme peuvent aussi être observés en cas d'exposition à des doses élevées de radioactivité.

Un groupe de cancérologues japonais a lancé vendredi un appel, dans la revue médicale britannique The Lancet, pour que soient stockées les cellules souches du sang des ouvriers travaillant dans la cen

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant