STM abandonne les décodeurs, 1.400 emplois supprimés

le , mis à jour à 13:30
0
    * Perte de $250 millions dans les décodeurs en 2015 
    * STM supprime 1.400 postes dont 430 en France 
    * Environ 600 salariés seront reclassés dans le groupe 
    * Résultats du T4 conformes aux attentes 
    * Prévoit au T1 un recul de 3% du CA, une marge de 33,0% 
    * Le titre en hausse en fin de matinée 
 
 (Actualisé avec conférence téléphonique, déclarations Le Foll, 
cours et commentaires) 
    par Gwénaëlle Barzic et Mathieu Rosemain 
    PARIS, 27 janvier (Reuters) - STMicroelectronics  STM.PA  a 
annoncé mercredi qu'il prévoyait l'abandon progressif de son 
activité de fabrication de semi-conducteurs pour les décodeurs, 
ce qui aura pour conséquence la suppression de 1.400 emplois 
dans le monde, dont 430 en France. 
    Le fabricant avait indiqué en mai étudier les options pour 
sa division Digital Product Group (DPG) qui perd de l'argent 
depuis plusieurs années, plombée par les difficultés du segment 
des "boxes" pour la télévision.   
    En 2015, les puces pour décodeurs de STM ont à nouveau 
accusé un déficit de 250 millions de dollars (230 millions 
d'euros) alors que leurs revenus ont chuté de près de 37%, 
portant à un demi-milliard les pertes accumulées ces deux 
dernières années. 
    STMicroelectronics prévoit d'arrêter le développement de 
nouveaux produits, ce qui se traduira à terme par l'extinction 
de cette activité même si STMicrolectronics continuera à 
fabriquer des microprocesseurs pour ses clients actuels pendant 
une période donnée, que la société n'a pas précisé. 
    Sur un total d'environ 1.900 salariés, principalement 
localisés en France et en Inde, environ 600 salariés seront 
conservés dans l'entreprise et réaffectés à d'autres activités.  
    Dans l'Hexagone, environ la moitié des effectifs seront 
concernés via un plan de départ volontaires, le reste des 
personnels devant être reclassés. Un comité d'entreprise s'est 
tenu ce mercredi pour informer les représentants du personnel. 
    "Cette décision difficile est en adéquation avec notre 
stratégie qui consiste à n'opérer que des activités soutenables 
financièrement (...) ", a commenté le PDG Carlo Bozotti. 
    STMicroelectronics, qui emploie au total 43.000 personnes 
dans le monde, estime que l'arrêt de l'activité déficitaire 
devrait lui permettre d'économiser 170 millions de dollars sur 
une base annualisée tandis que les coûts de restructuration sont 
évalués à 170 millions. 
    A 12h00, l'action de STM progresse de 2,88% à 6,19 euros 
après avoir bondi de 8% dans les premiers échanges. 
     
    RETROUVER LA CROISSANCE 
    "C'est une étape significative de franchie. Cela devrait 
permettre de les relancer et de réduire significativement les 
pertes", estime Jérôme Ramel, analyste à Exane BNP Paribas, tout 
en soulignant que le volume d'économies anticipées par ST ne 
permettra pas d'absorber en totalité les pertes. 
    Le groupe a par ailleurs publié des résultats conformes aux 
attentes pour le quatrième trimestre avec un chiffre d'affaires 
de 1,67 milliard de dollars et une marge brute de 33,5%. 
    Pour le premier trimestre du nouvel exercice, il s'attend à 
une baisse séquentielle du chiffre d'affaires d'environ 3% au 
point médian et une marge brute d'environ 33,0%. 
    "Détruire le numérique en plein essor de l'économie 
numérique, il fallait oser", dénonce dans un communiqué la CGT, 
en interpellant le ministre de l'Economie Emmanuel Macron dont 
le cabinet avait reçu les syndicats de STM ces derniers mois. 
    Le porte-parole du gouvernement français, qui contrôle 27,5% 
du fabricant de puces avec le gouvernement italien, a assuré que 
l'ampleur des réductions de postes avait été réduite après des 
discussions avec Bercy.   
    "Nous souhaitons que sur la base de ces discussions soit 
mise en place une nouvelle stratégie pour pouvoir redonner à 
cette entreprises les éléments de création de valeur et de 
redressement", a déclaré Stéphane Le Foll. 
    L'avenir semblait depuis longtemps compromis pour l'activité 
décodeurs de STM, en perte de vitesse face à la concurrence du 
géant américain Broadcom  BRCM.O  et des rivaux chinois 
omniprésents dans les émergents. 
    La division, qui a dû intégrer une partie de l'ancienne 
coentreprise STEricsson démantelée, paye également le prix de 
ses retards et de mauvais choix de produits. Pour se relancer, 
elle avait misé gros sur la télévision "4K" en très haute 
définition qui n'a toujours pas décollé. 
    "Tout aussi important pour le redressement de long terme, 
c'est le retour à la croissance des ventes que le groupe espère 
atteindre en se concentrant sur la voiture intelligente, la 
numérisation et l'internet des objets. Reste à savoir quel 
succès il pourra obtenir dans ces domaines", s'interrogent les 
analystes de Liberum dans une note. 
    STMicroelectronics a estimé mercredi à 1,8 milliard le 
chiffre d'affaires trimestriel nécessaire pour une utilisation 
optimale de ses usines mais sans s'engager sur un calendrier. 
    Le groupe vient de se faire ravir la première place du 
podium européen des ventes de puces après le rachat par le 
néerlandais NXP  NXPI.O  de Freescale Semiconducteur  FSL.N .  
         
    Le communiqué :  
    http://bit.ly/1TmTVd9  
 
 (Avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel 
Bélot) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant