Sterling, cours en baisse

le
0
Sterling, cours en baisse
Sterling, cours en baisse

Censé exploser définitivement cette saison, Raheem Sterling connaît un petit retard à l'allumage. Dans une équipe de Liverpool qui ne tourne pas rond et une Angleterre qui se cherche toujours, le diamant de 19 ans a du mal à confirmer un dernier exercice éblouissant et doit gérer ses premières polémiques. Alors, simple coup de fatigue ou mal plus profond ?

La carrière de Raheem Sterling a enfin commencé. Quatre ans après avoir fait ses premiers pas en équipe première, le joyau de Liverpool traverse sa vraie première période difficile. Pour avoir été un peu trop honnête avec Roy Hodgson, à qui il a dit qu'il était « trop fatigué » pour débuter le match entre l'Angleterre et l'Estonie dimanche (1-0), le joueur a suscité la polémique outre-Manche. Comment un gamin de 19 ans peut-il être « fatigué » au point de refuser une titularisation en équipe nationale ? L'interrogation est légitime, l'explication plutôt limpide. Sterling débute sa deuxième saison comme un vrai titulaire. L'an passé, il a disputé une grosse quarantaine de matchs avec les Reds, puis enchaîné avec la Coupe du monde. Devenu incontournable en club, il a quasiment joué tous les matchs depuis le début de saison, même les 120 minutes d'un interminable 3e tour de League Cup contre Middlesbrough. Entre mai et octobre 2013, Sterling avait joué 615 minutes, contre 1682 sur la même période en 2014. Un fossé énorme qui montre bien que Sterling est un peu « victime » de son succès. « Quand Raheem sera plus vieux et plus fort, on attendra qu'il joue plus de 50 matchs par saison comme les grands joueurs le font. Mais à 19 ans, on doit le protéger », estime d'ailleurs Jamie Carragher.
De joueur bonus à leader d'attaque
Dans les chiffres, son début de saison à Liverpool est loin d'être catastrophique, avec trois buts en sept matchs de Premier League. Mais dans un Liverpool orphelin de Luis Suárez, parti au Barça, et de Daniel Sturridge, blessé, Sterling doit faire plus. Troisième dans la hiérarchie des attaquants l'an passé, il est devenu momentanément numéro un. Celui qui doit créer, mais aussi marquer. Mais il n'est pas le seul responsable de ce début de saison moyen, car les Reds ont changé. Peut-être trop. Utilisé à gauche, en meneur de jeu et même comme second attaquant, le natif de Kingston est un peu trimballé par Rodgers et surtout change de coéquipiers offensifs quasiment à chaque match (Balotelli, Coutinho, Lambert, Lallana, Markovi?, Borini). Déjà rincé physiquement, ce qui se voit sur certaines erreurs techniques inhabituelles, Sterling inquiète un peu. Sous contrat jusqu'en juin 2017, il est aussi en pleine renégociation. Si Liverpool veut évidemment le garder et que le joueur souhaite aussi rester, Chelsea et le PSG auraient déjà fait des approches...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant