Stéphane Sessègnon, l'altesse déchue

le
0
Stéphane Sessègnon, l'altesse déchue
Stéphane Sessègnon, l'altesse déchue

Prometteur à 18 ans, génial à 22, sublime à 24 ans, Stéphane Sessègnon a aujourd'hui 30 piges et passe la plupart de ses matchs sur le banc de West Bromwich Albion. À l'heure de recevoir Manchester United, retour sur l'un des plus beaux gâchis du football.

« Il est parti parce que c'est un faible. Il n'a pas accepté que Giuly soit plus fort que lui. Je ne voulais pas qu'il parte et j'ai tout fait pour qu'il revienne. Si encore il m'avait dit : "Je veux jouer à Manchester United." Mais là » Voilà comment Antoine Kombouaré, alors entraîneur du PSG, parlait de Stéphane Sessègnon en 2010 dans les colonnes de L'Équipe. 4 ans plus tard, Stéphane Sessègnon végète à West Bromwich Albion où son blase squatte un effectif au sein duquel ils sont nombreux à avoir eu le même parcours que lui. À savoir des mecs promis à un avenir brillant, mais qui n'ont jamais réussi à saisir leur chance (Ben Foster, Sébastien Pocognoli, Georgios Samaras ou Silvestre Varela). À 30 ans, le double S n'a joué que 6 matchs cette saison, pour seulement trois titularisations.

Une tristesse infinie pour celui que ses coéquipiers manceaux surnommaient « Champion » lors de la saison 2007-2008. La cassure a eu lieu dans la capitale. C'est une évidence. Pourtant, lorsqu'il débarque en provenance du Mans à l'été 2008, le Parc des Princes a l'impression de retrouver Jay-Jay Okocha. Une boule de muscles avec le numéro 10 floqué dans le dos. Tout sauf un hasard pour celui qui déclarait dans France Football en 2009 au sujet d'Okocha : « On peut parler de modèle, oui ». À l'époque, le PSG sans l'argent du Qatar se redresse petit à petit. Le Béninois y est pour beaucoup. Félin, rapide, puissant, il déglingue les reins adverses avec une facilité déconcertante. Contre Lens, on le voit même dribbler trois Artésiens avec une technique atypique : le coup du crapaud qui consiste à bloquer la balle entre ses mollets et à sauter à pieds joints au-dessus des jambes adverses. Bref, Sessègnon régale.
Diego en Côte d'Ivoire
Actuellement, on est bien loin de toutes ces promesses alors que le joueur entame sa cinquième saison en Angleterre dont trois passées à Sunderland où il a oscillé entre le génial - on se souvient encore de son match contre Chelsea à Stamford Bridge - et le pathétique, comme cette rencontre où, non convoqué par Paulo Di Canio, il est arrêté en état d'ivresse au volant de sa voiture pendant que ses copains se battent pour se maintenir en Premier League. La bouteille, une rumeur qui a longuement pollué la carrière du joueur. ?Aimer Sessègnon, c'est pourtant admettre qu'il est capable de traverser des zones de turbulences incroyables....



...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant