Stéphane Richard : «Orange est présent en Israël pour y rester»

le
0
Stéphane Richard : «Orange est présent en Israël pour y rester»
Stéphane Richard : «Orange est présent en Israël pour y rester»

En trois jours, Orange est passé de quasi partant à certain de rester. «Orange est présent en Israël pour y rester» a assuré samedi Stéphane Richard, le PDG de l'opérateur de téléphonie français. Il dément une nouvelle fois tout désengagement du groupe de ce pays où il est notamment présent au travers de deux filiales. Ce samedi, il assure regretter «sincèrement la confusion actuelle et la controverse au sujet d'Orange et d'Israël».

En visite au Caire mercredi , le patron de l'opérateur - détenu à 25% par l'État français - s'était dit prêt à «abandonner demain matin» ses liens avec l'opérateur israélien Partner, qui utilise le nom et l'image d'Orange en Israël contre une redevance. «Notre intention est de nous retirer d'Israël», avait déclaré Richard lors d'une conférence de presse. «Cela va prendre du temps [mais] nous allons certainement le faire».

Grosse polémique en Israël

Furieux, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, avait appelé jeudi le gouvernement français «à publiquement rejeter les déclarations et les agissements malheureux d'une compagnie dont il est en partie le propriétaire».

En Israël, la polémique a vite pris de l'ampleur, faisant la une des médias. Car même s'ils n'en faisaient pas état, les propos de Stéphane Richard ont été interprétés en Israël comme la volonté d'Orange de se dissocier des activités de son partenaire dans les colonies en Cisjordanie et Jérusalem-Est. Ils sont tombés dans un contexte sensible : Israël est en butte à une intensification de la campagne mondiale non gouvernementale de boycottage (BDS) destinée à augmenter la pression économique et politique pour mettre fin à l'occupation des Territoires palestiniens.

Stéphane Richard l'assure ce samedi : son groupe «ne soutient aucune forme de boycott, en Israël ou ailleurs dans le monde». Reconnaissant avoir été «soumis à une pression considérable depuis des années en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant