Stéphane Moulin : "Le haut niveau ne pardonne pas"

le
0
Stéphane Moulin : "Le haut niveau ne pardonne pas"
Stéphane Moulin : "Le haut niveau ne pardonne pas"

Au lendemain de la défaite de l'équipe de France en finale de l'Euro contre le Portugal, il faut maintenant tirer un premier bilan. Stéphane Moulin, entraîneur d'Angers et consultant des Bleus tout au long de la compétition, rend sa dernière copie.

Au lendemain de cette défaite contre le Portugal, comment faut-il analyser cette défaite ? Est-ce un simple manque de réalisme ou une issue finalement plutôt logique ?
Je ne pense pas que c'est une issue logique. On a manqué de réussite, mais, surtout, malheureusement, de réalisme offensif, ce à quoi cette équipe ne nous avait pas habitués. Les occasions, on les a eues. On en a eu beaucoup et quand on n'arrive pas à concrétiser toutes ces opportunités, ou au moins une, comme souvent dans le foot, ça se retourne contre vous. C'est ce qu'il s'est passé, et malheureusement, je trouve que ça ne reflète pas ce qu'il s'est passé au cours de cette finale. Je trouve qu'on a été très dominateurs, dans tous les secteurs de jeu, mais l'efficacité qui nous avait accompagnés jusqu'ici nous a manqué. C'est ce qui explique notre défaite et on a donc tendance à oublier tout ce qu'il s'est passé dans le match, à penser que tout était imparfait. Je ne dis pas que ça a été parfait, mais en tout cas, je trouve que l'équipe a pris le match par le bon bout. En face, on a un gardien qui sort le plus grand nombre d'arrêts sur une rencontre, ça raconte beaucoup de choses. Mais quand on n'est pas efficace, le haut niveau ne pardonne pas.

Pendant la compétition, on avait souligné que cette équipe n'était pas faite pour faire le jeu. Face au Portugal, elle a été obligée de le prendre à son compte. Cela peut-il expliquer nos difficultés à faire la différence ?
Oui, mais quand on se crée sept occasions franches de but, on peut quand même considérer que l'équipe de France a su utiliser le ballon. Après, il est évident que ce manque d'espaces ne nous avantage pas. C'est une équipe qui est faite pour les attaques rapides, pour des transitions défense-attaque rapides. Sur ce match-là, comme on pouvait s'y attendre avec le Portugal, ils nous ont volontairement laissés le ballon et on a, jusqu'au dernier geste, été intéressant, mais la finition n'a pas été à la hauteur de ce qui avait été fait jusqu'ici dans la compétition.

« Ce qui est regrettable sur le match de dimanche soir, c'est que si la France le rejoue dix fois, elle le gagne au moins huit fois.…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant