Stephan El Shaarawy : la momie IV

le
0
Stephan El Shaarawy : la momie IV
Stephan El Shaarawy : la momie IV

Ce soir, c'est Milan-Genoa. Cela aurait pu être le "El Shaarawyco", mais ce sera sans lui, puisqu'il est toujours indisponible après une énième blessure au pied. Le "petit pharaon" enchaîne une deuxième année galère et son avenir s'inscrit en pointillés.

À vrai dire, on aurait plutôt vu Adriano Galliani dans le rôle du grand prêtre Imhotep, pour son crâne parfaitement lisse et sa capacité à flinguer le Milan ces derniers temps. D'autant que son épouse marocaine a également le physique pour interpréter Ankh Sun Amun. Paolo Maldini en Rick O'Connell, Pippo Inzaghi en Beni, et Moreno Torricelli en Ardeth, pour le combo chevelure-barbe, et on a là un casting plutôt intéressant. Qui, cependant, pour interpréter la Momie dans le sarcophage lors des premières prises ? Quelqu'un habitué aux bandelettes et aux pansements si possible. Le profil d'El Shaarawy convient très bien, lui qui risque bientôt d'abandonner son sobriquet de petit pharaon.
Les plaies d'Égypte
25, voici le nombre de rencontres disputées par Stephan El Shaarawy ces deux dernières saisons avec le Milan et l'équipe d'Italie. La faute à une incroyable série de pépins physiques, mais pas seulement. Il faut remonter à l'hiver 2013 pour trouver les explications de cette longue descente aux enfers. L'Italo-Égyptien portait le Milan à bout de bras et avait déjà inscrit 15 buts. Puis Balotelli arrive, leur entente ne fonctionne pas, et le contrecoup physique ne tarde pas non plus. Le corps fatigué, mais surtout le pied en mousse. De fait, le numéro 92 a enchaîné pas moins de trois fractures du métatarse et une au pied. Au total, on atteint les 300 jours d'indisponibilité. Des stats à la Abou Diaby.

Des rechutes qui remettent forcément en cause le travail du staff médical rossonero, pour ne pas parler du Milan Lab dont on a longtemps tressé les lauriers, mais qui n'est plus que l'ombre de lui-même. Pas besoin d'être un inconditionnel de Grey's Anatomy pour deviner qu'une blessure aussi délicate méritait sûrement plus d'attention. Seulement voilà, son retour à la compétition a été hâté de nombreuses fois. Le pied (droit en l'occurrence) est pourtant l'outil de travail le plus précieux pour un footballeur. Une cuisse, un genou, une cheville, c'est une chose. Mais un pied, ça se dorlote, sinon c'est foutu. "Des petites blessures, mais très gênantes", a récemment déclaré l'intéressé. Métatarse, ou métastase, on ne sait plus vraiment, tellement le problème est tenace.
Le sphinx renaîtra-t-il de ses cendres ?
De retour dans le groupe, participant régulièrement aux séances collectives, El Shaarawy pourrait…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant