Steinmeier pour une levée progressive des sanctions contre Moscou

le
0
    BERLIN, 19 juin (Reuters) - L'Union européenne devrait lever 
progressivement les sanctions imposées par l'Europe à la Russie 
depuis la crise ukrainienne si des progrès importants sont 
enregistrés dans l'application des accords de paix de Minsk, 
estime le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter 
Steinmeier.  
    "Les sanctions ne sont pas une fin en soi. Elles devraient 
plutôt servir d'incitations à un changement de comportement", a 
déclaré le chef de la diplomatie allemande dans une interview à 
RedaktionsNetzwerk Deutschland, un réseau de journaux régionaux. 
    "L'approche du tout ou rien, même si elle sonne bien, ne 
marche pas", a-t-il ajouté.  
    Ces propos reflètent les divisions au sein de la "grande 
coalition" gouvernementale qui réunit depuis décembre 2013 les 
conservateurs de la CDU-CSU aux sociaux-démocrates du SPD, parti 
auquel appartient Frank-Walter Steinmeier.  
    Les sociaux-démocrates préconisent d'adopter une approche 
plus conciliante vis-à-vis de Moscou alors qu'Angela Merkel a 
répété que les sanctions contre la Russie ne pourraient être 
levées qu'une fois les accords de paix de Minsk appliqués dans 
leur intégralité, et pas seulement de manière partielle.  
    Dans son interview, Frank-Walter Steinmeier s'est défendu 
d'être "un avocat du Kremlin".  
    "Nous devons toujours être en mesure d'avoir une réflexion 
commune si nous voulons trouver des solutions pour d'autres 
grands conflits", a-t-il souligné, en rappelant le rôle de la 
Russie dans le conflit syrien.  
    L'UE a prolongé d'un an vendredi l'interdiction de commercer 
avec les entreprises de Crimée, péninsule ukrainienne annexée 
par la Russie en mars 2014.  
    Le bloc devrait également étendre cette semaine pour six 
mois, jusqu'à la fin de l'année, les sanctions économiques 
imposées à la Russie, accusée par les Européens et Américains de 
soutenir les séparatistes du Donbass, en guerre contre le 
pouvoir de Kiev depuis avril 2014 dans l'est de l'Ukraine.  
    Les accords de Minsk, signés en février 2015, prévoient, 
outre un cessez-le-feu entre les forces ukrainiennes et les 
séparatistes, le retrait des armes lourdes de la ligne de front 
et une réforme constitutionnelle accordant plus d'autonomie à 
l'est de l'Ukraine. 
 
 (Michael Nienaber; Jean-Stéphane Brosse pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant