Stefano Sensationnel

le
0

La réussite de Sassuolo, petite sensation du début de saison en Serie A, a souvent pris le visage de Domenico Berardi. Mais derrière lui, le jeunot qui monte chez les Neroverdi s'appelle Stefano Sensi, milieu de terrain modèle réduit qui se bâtit une jolie réputation de futur cador.

Il est italien, jeune, tatoué, tout petit, milieu de terrain, fait frissonner les grands clubs de la Botte, envoie des transversales de soixante mètres en plein dans les pieds, et ne se refuse pas un petit carton jaune de temps à autre. Voilà pour le portrait-robot, qui enverrait n'importe quel enquêteur sur les traces de Marco Verratti. Mais le nouveau lutin un peu dingue qui agite le foot italien depuis le début de la saison se nomme Stefano Sensi. Et pendant que Verratti signe une prolongation/augmentation toutes les deux semaines à Paris, Sensi poursuit tranquillement son apprentissage à Sassuolo, une des équipes les plus sympas de la saison en Serie A. Combinaison entre des jeunes joueurs promis à un avenir solide – coucou Berardi –, des dirigeants baroques – Giorgio Squinzi, également à la tête de la firme de produits chimiques Mapei –, et un coach vieux briscard de le Serie A qui a les dents longues depuis qu'il est passé entraîneur – Eusebio Di Francesco –, Sassuolo est une bonne école pour se tanner le cuir. Encore pensionnaire de Cesena la saison dernière, dans une Serie B qui était devenue indigne de son niveau, Stefano Sensi était pisté par tout ce que l'Italie du football a de balèze. Les deux Milan, Naples, la Juve, même les émissaires de Chelsea envoyés par Mourinho, s'étaient pressés au Stadio Dino Manuzzi pour l'observer, le superviser, commencer la drague. Mais au moment de signer un contrat, Sensi n'avait pas eu les yeux plus gros que le ventre. Va pour Sassuolo.

Le fantasme Xavi


Ne pas viser trop haut trop vite ne veut toutefois pas dire que Sensi ne voit pas grand pour la suite. Ainsi, la Juve a été intégrée au deal et s'est assurée la priorité sur son achat dans le futur. Car Sensi, né en août 1995, est encore dans une phase que les jeunes pépites de notre temps ont tendance à vouloir sauter, celle de la progression. Et prudence est génitrice de sûreté. La comparaison avec Verratti ? " Ce que nous avons en commun, c'est peut-être la taille ", s'amuse Sensi, histoire de faire preuve d'humour et de légèreté pour ne pas avoir à commenter ce parallèle un brin pesant. De toute manière, peu importent les références permanentes à Verratti, le vrai modèle de Sensi est et restera à jamais Xavi : " Il est très fort. Je le regarde comme un enfant, et je cherche toujours à étudier ses mouvements, pour essayer…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant