Stefan Babovic, le "et si" des Balkans

le
0
Stefan Babovic, le "et si" des Balkans
Stefan Babovic, le "et si" des Balkans

L'été dernier, Adryan débarquait au FC Nantes avec le surnom discret de "nouveau Zico". Les Canaris auraient dû se méfier. En décembre 2007, ils avaient déjà ouvert leurs portes au Serbe Stefan Babović, alors sobrement présenté comme "le Messi des Balkans". Résultat, une galère qui durera une saison et demie, et qui restera comme l'un des plus gros fours d'un mercato hivernal.

Le passage au XXIe siècle a été un tournant compliqué à négocier pour quelques popstars, quelques tendances vestimentaires, et pour le FC Nantes. La décennie avait pourtant commencé par le magnifique titre de 2001, avant la rapide descente aux enfers qui a conduit en 2007 à la première relégation des Jaune & Vert en près d'un demi-siècle. Lors de cet été, il fait donc très chaud sur les rives de l'Erdre. Le mercato est dantesque, 18 départs, et l'ancien médecin Luc Dayan opte pour la présidence éclair en s'asseyant sur le trône en juin, pour en partir en juillet, et laisser sa place à Waldemar Kita. Quelques mois plus tard, après un bon début de saison en Ligue 2, la planète canari a encore beaucoup à demander au père Noël, à commencer par de la stabilité. Christian Delpière, directeur sportif du FC Nantes, s'envole alors faire son marché à Belgrade et ramène deux jeunots dans son caddie : Filip Djordjevic, 17 ans, et surtout Stefan Babović, 20 ans, annoncé comme un crack. Delpière revient sur son erreur de jugement : "Filip était un pari sur l'avenir, mais Stefan devait être prêt à jouer avec nous. (…) J'avais des craintes pour l'intégration de Filip, alors que pour Stefan, je pensais que ça serait facile." Car si Djordjevic n'est encore qu'un gamin prometteur, Babović est censé en avoir déjà sous le capot. Fils d'un richissime homme d'affaires serbe, capitaine de l'équipe de Serbie espoir, capable de jouer milieu offensif ou attaquant, au milieu ou sur les ailes, pisté par des clubs de Liga et de BuLi, il a finalement jeté son dévolu sur les Nantais. Les Jaune & Vert peuvent rougir de plaisir, ils viennent d'attirer dans leurs filets un homme surnommé chez lui "le Messi des Balkans".

L'enfant gâté


Son transfert pour 2,5 millions d'euros devient vite le symbole de l'ambition retrouvée du FC Nantes. Séduit par le discours du président Kita et par le plan de carrière qui lui était proposé, Stefan Babović arrive à la Beaujoire plein de bonnes intentions. Rémi Maréval, qui avait rejoint le vestiaire nantais quelques mois plus tôt, se souvient : "Il a vite fait des efforts énormes pour apprendre à parler français. Au départ, son intégration s'est bien passée." Côté terrain, Maréval est tout aussi impressionné : "Techniquement, c'est un super joueur. Il avait ce petit truc qui…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant