Steeve Briois, l'artisan de la percée du FN dans le Nord

le
3
Steeve Briois, l'artisan de la percée du FN dans le Nord
Steeve Briois, l'artisan de la percée du FN dans le Nord

par Pierre Savary

HENIN-BEAUMONT, Pas-de-Calais (Reuters) - Le score élevé de Marine Le Pen aux législatives dans le Pas-de-Calais met en lumière le travail de l'ombre réalisé depuis près de vingt ans à Hénin-Beaumont par son suppléant, Steeve Briois, homme fort du Front national qui vise les municipales de 2014.

La scène se passe sur le marché de Hénin-Beaumont.

Sourire aux lèvres, Marine Le Pen, qui est arrivée dimanche dernier en tête dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, avec 42,36% des voix, distribue des tracts. Devant elle, une nuée de caméras et de journalistes venus suivre la présidente du FN. Les commerçants, les badauds se détournent ou encouragent.

Deux mètres derrière, Steeve Briois, 39 ans, est happé par les habitants. On ne lui parle pas d'immigration ou de mariage homosexuel mais du boulot qu'on cherche pour le petit dernier, de la canalisation d'eau défectueuse, du trottoir à refaire.

L'icône c'est elle, l'homme de terrain, celui vers qui on se tourne, celui que l'on appelle "le futur maire", c'est lui.

Steeve Briois a mis en place la stratégie du parti d'extrême droite dans l'ancien bassin minier du Pas-de-Calais depuis des années -bien avant l'arrivée de Marine Le Pen- et laboure inlassablement le terrain avec obstination.

Fils d'ouvrier et petit-fils de mineur, il a grandi à Hénin-Beaumont et a adhéré au FN à l'âge de 15 ans.

A 23 ans, il est déjà candidat aux municipales à Hénin-Beaumont. Un an plus tard, en 1997, il est le seul candidat du Front National dans le Pas-de-Calais à pouvoir se maintenir au second tour des législatives.

Ses débuts en politique sont précoces: il devient conseiller régional à 25 ans et, cinq ans plus tard, passe la barre des 30% aux législatives.

Ses combats électoraux se conjuguent avec une guérilla contre le clientélisme du maire socialiste de l'époque, Gérard Dalongeville. Son acharnement prête au début à sourire mais quand la justice commence à s'intéresser aux méthodes de l'ancien maire, la gauche locale est moins à l'aise.

Steeve Briois, bien aidé par une gauche gangrénée, gagne dans ce combat contre la corruption notoriété et crédibilité.

AFFAIRES DE CORRUPTION

Il a aujourd'hui beau jeu de rappeler son "combat inlassable contre les magouilles frauduleuses du PS" et il ne faudrait pas le pousser beaucoup pour qu'il s'attribue l'incarcération du maire mis en examen pour corruption et dont le procès devrait se tenir avant les municipales de 2014.

Son "passage à l'ennemi" lorsqu'il a suivi le dissident Bruno Mégret au détriment du patriarche Jean-Marie Le Pen, ne lui est plus trop reproché. Il avait d'ailleurs rapidement réintégré le FN.

Après la révocation de Gérard Dalongeville de ses fonctions de maire d'Hénin-Beaumont la liste du FN qu'il dirige avec Marine Le Pen obtient 39,34 % lors d'un scrutin partiel.

Le "front républicain" qui se met en place pour le second tour empêche la dirigeante frontiste de s'installer à la mairie mais le FN obtient un score historique avec 47,62 % des voix.

Après avoir profité de la faiblesse des politiques locaux pour émerger, il tente aujourd'hui de gommer une image d'homme qui peut être cassant et tente d'enfiler l'habit du futur maire de la ville qui lui tend les bras.

Marine Le Pen a réalisé au premier tour des législatives 48% sur la ville d'Hénin-Beaumont avec des pointes à plus de 50% dans certains bureaux de votes alors qu'il y avait 14 candidats.

"Ces scores nous rendent plus qu'optimistes pour 2014, avec de tels résultats nous pouvons voir venir très sereinement le second tour des législatives et surtout les municipales", dit Bruno Bilde, un proche de Steeve Briois et directeur de campagne de Marine Le Pen.

"Le changement c'est maintenant", ironise Steeve Briois en pastichant le slogan de campagne de François Hollande.

Edité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • chatnour le jeudi 14 juin 2012 à 17:45

    Voilà un exemple que Marine devra suivre pour recruter des leaders locaux du crû et irréprochables grâce auxquels elle pourra gagner !

  • chatnour le jeudi 14 juin 2012 à 17:42

    Bravo et honneur à lui !

  • bercam01 le jeudi 14 juin 2012 à 16:56

    L'Artisanat est le premier employeur de France : Gloire et Honneur à tous les artisans !