Statu quo dans les utilitaires après l'alliance PSA-GM

le
0

par Gilles Guillaume

GENEVE (Reuters) - Renault et PSA ont maintenu le statu quo à Genève sur leurs opérations dans les véhicules utilitaires, un secteur reposant sur des coopérations croisées que l'alliance PSA-General Motors pourrait redessiner.

Le groupe au losange est actuellement associé à General Motors dans la fabrication du fourgon Trafic, produit à Luton (Grande-Bretagne) sous la marque Renault et Opel, ainsi qu'en Espagne.

Prié de dire, au salon de l'automobile de Genève, si le rapprochement entre GM et le concurrent français PSA Peugeot Citroën changeait la donne, le numéro deux de Renault a répondu que GM lui avait assuré que non.

"Ils (GM) ont eu une démarche proactive pour nous dire: ne vous inquiétez pas, nous sommes extrêmement satisfaits de notre collaboration avec Renault et nous tenons à ce qu'elle continue (...) pour l'instant", a déclaré Carlos Tavares, directeur général délégué de Renault à la presse.

Le constructeur développe actuellement avec GM la prochaine génération du Trafic, dont la version Renault sera relocalisée de Luton et d'Espagne vers l'usine de Sandouville (Seine-Maritime) à l'horizon 2013.

Renault a précisé qu'à ce jour l'usine britannique continuerait de fabriquer la version Opel, à l'exception d'une variante du fourgon dont la production sera également transférée côté français.

UN MASTER POUR MERCEDES ?

PSA est associé pour sa part à Fiat dans les utilitaires, mais depuis le rachat de Chrysler, le groupe italien a décidé de ne pas prolonger cette collaboration dans l'usine de Sevelnord (Nord) au-delà de 2017, et dans l' usine italienne de Sevelsud au-delà de 2019.

Philippe Varin, président du directoire de PSA, a déclaré fin janvier qu'il recherchait un ou des partenaires pour remplacer Fiat , et l'annonce de l'alliance avec GM a conduit à penser qu'il l'avait trouvé.

Mais les utilitaires ne figurent pas dans le projet commun présenté fin février par les deux groupes. Celui-ci porte sur les achats et des plates-formes communes de voitures.

"Avant que PSA ait trouvé une solution et que PSA officialise cette solution, je pense qu'il faut que Fiat se positionne très correctement et prenne conscience de sa responsabilité sociale sur Sevelnord", a précisé Denis Martin, directeur industriel de PSA, au salon de Genève.

Eric Besson, ministre de l'Industrie, organise ce jeudi une table ronde sur l'avenir du site nordiste qui emploie 2.800 personnes.

Au-delà de sa collaboration avec GM, Renault aimerait quant à lui renforcer ses liens dans les utilitaires avec Daimler, dont il va déjà produire à Maubeuge (Nord) une fourgonnette de la taille du Kangoo qui sera commercialisée sous la marque Mercedes.

"Nous serions très heureux de faire d'autres utilitaires pour Daimler", a indiqué Carlos Tavares au salon. "Nous sommes ouverts sur le Trafic, nous sommes ouverts sur le Master."

Fourgons, grands fourgons et camionnettes sont moins valorisants commercialement que les voitures, et les volumes de ventes sont bien inférieurs, mais ils offrent des marges bien plus intéressantes, notamment parce que le secteur est beaucoup moins concurrentiel que celui des véhicules particuliers.

Il offre aussi un argument de choix pour répondre aux critiques politiques sur le thème du "Made in France". Si la production de voitures Renault sur le sol français a ainsi baissé de 6,4% l'an dernier, celles de véhicules a augmenté de 1,5%, car elle inclut la production des deux usines dédiées aux utilitaires, Maubeuge pour le Kangoo et Batilly pour le Master, dispositif bientôt complété par Sandouville.

Edité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant