Start-up: en attendant la première "licorne" africaine

le
0
Start-up: en attendant la première "licorne" africaine
Start-up: en attendant la première "licorne" africaine

Uber, Blablacar, Alibaba, Deliveroo, partout dans le monde, des "licornes", ces start-up valorisées à plus d'un milliard de dollars, émergent, renforçant le sentiment que la numérisation de l'économie peut profiter à tous avec pourtant, pour l'heure, un grand absent: le continent africain.La situation diffère d'une zone à l'autre. Le Maghreb, l'Afrique du Sud, le Nigeria ou le Kenya sont en pointe, avec des géants tels que le sud-africain Naspers, spécialiste de la vidéo à la demande et du commerce en ligne, ou son compatriote MTN, premier opérateur africain en nombre d'abonnés, présent dans 16 pays du continent.Ailleurs, et en particulier dans l'Afrique Sub-saharienne, le secteur numérique n'est pas encore très organisé et, s'il existe, reste loin de ce qui se fait dans le nord ou le sud du continent."Les gouvernements ont globalement conscience de l'importance de ne pas rater la révolution numérique", explique à l'AFP Sophie Lubrano, consultante à l'Idate spécialiste de l'Afrique et du Moyen-Orient, "mais une partie des financements passent encore par des organisations internationales ou des ONG".Dans la plupart de ces pays, le réseau fixe est quasi inexistant et c'est sur la téléphonie mobile que repose une part essentielle de la transformation numérique.Les télécoms, avec le géant sud-africain MTN ou les européens Orange et Vodafone, se retrouvent au c?ur de la numérisation du continent, en offrant la capacité de connexion et en jouant un rôle d'accélérateur de start-up."Les opérateurs ont tout intérêt à être de +bons citoyens+ en aidant à développer le tissu local. On voit ainsi le nombre d'accélérateurs progresser, justement dans l'idée de participer à ce développement de l'économie locale", détaille à l'AFP Jean-Philippe Haag, consultant spécialiste des médias et des télécoms.L'opérateur français Orange, présent dans 18 pays africains désormais, a ainsi mis en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant