Stanley Matthews, version tennisman

le
0
Stanley Matthews, version tennisman
Stanley Matthews, version tennisman

Il y avait un Stanley Matthews footballeur, premier Ballon d'or de l'histoire et réputé pour son exceptionnelle longévité de vie de joueur. Et puis il y avait un Stanley Matthews tennisman : le rejeton du premier, qui a eu du mal à supporter l'aura paternelle, mais qui a tout de même connu quelques jolis moments de gloire sur le circuit pro. À l'occasion de la quinzaine de Wimbledon, retour sur la carrière de ce " fils de ".

Le Stanley Matthews le plus connu est bien sûr le joueur de football, l'un des meilleurs, si ce n'est LE meilleur de l'après-Seconde Guerre mondiale. Un ailier surnommé " Le Magicien du dribble ", qui n'a connu que deux clubs en plus de 30 ans de carrière : Stoke City d'abord, puis Blackpool, puis de nouveau Stoke City pour passer ses dernières saisons ballon au pied, étirant une exceptionnelle longévité de joueur pro jusqu'à ses 50 ans. Premier Ballon d'or de l'histoire en 1956, il jouissait à l'époque des Trente Glorieuses en Angleterre d'une aura exceptionnelle : un gentleman des terrains, issu d'une famille modeste, né d'un père boxeur. Le goût du sport s'est transmis jusque la génération suivante et le fils de Stanley, dénommé lui aussi Stanley, auquel on ajoute un " Junior " pour distinguer les deux.

Né au lendemain de la guerre, le rejeton a bien eu aussi dans l'idée de se défouler balle au pied, mais a vite laissé tomber l'idée d'y faire carrière. " Je n'étais pas mauvais, mais tous les adversaires venaient m'emmerder, témoignait-il lors d'une rare interview donnée en 2007. J'arrivais sur le terrain avec mon nom, et tout le monde se disait : "On va se faire le fils de Stanley Matthews." " Le daron l'a d'ailleurs lui aussi reconnu bien des années après : ça n'a pas été facile pour sa progéniture de se faire sa place avec le même nom et le même prénom que la star de l'époque. " C'est évident que ma réputation lui a mis la pression, disait-il. Je sais que ça l'a embêté de grandir dans mon ombre. "

Une victoire à Paris face à Nastase


Pour se faire sa place, Junior change de sport et se met au tennis. Son père lui en donne les moyens en lui offrant à ses 13 ans, en 1958, l'accès à la prestigieuse Lawn Tennis Association, où il a droit à un entraîneur personnel. Des conditions qui lui permettent de vite progresser et de devenir un an plus tard champion de Grande-Bretagne de sa catégorie. L'année de ses 17 ans, en 1962, c'est la consécration : Stan Jr remporte Wimbledon chez les juniors, ce qui fera de lui le seul Britannique détenteur d'un titre sur le gazon londonien jusqu'au sacre de Murray…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant