Standard and Poor's place la France sous surveillance négative

le
0
Standard and Poor's place la France sous surveillance négative
Standard and Poor's place la France sous surveillance négative

Si l'agence de notation américaine Standard and Poor's (SP) a confirmé vendredi la note de la France à AA, elle a néanmoins ouvert la voie à son éventuel abaissement en modifiant la perspective à négative, au motif que la situation budgétaire du pays se «détériore au regard des perspectives de croissance économique».

Cela signifie que la France a au moins une chance sur trois de voir sa note, la troisième meilleure possible, baisser au cours des 24 prochains mois. La note française avait été dégradée pour la dernière fois en novembre 2013, de AA+ à AA, en lui associant une perspective stable. SP avait confirmé la note et la perspective en avril dernier. La baisse des charges des entreprises contenue dans le Pacte de stabilité est «un facteur positif», s'était alors réjoui Standard and Poor's au printemps dernier. L'agence jugeait toutefois le gouvernement trop optimiste sur la réduction du chômage mais aussi du déficit.

Marie-France Raynaud, analyste principale de l'agence de notation pour la France,  a jugé, dans un rapport rendu public vendredi, que «le déficit budgétaire est plus dégradé» que prévu et estimé qu'il pourrait «se dégrader davantage» en raison de «marges de man½uvre réduites sur les recettes».

Ce 10 octobre, l'agence estime que le déficit budgétaire moyen pour la période 2014/2017 va atteindre 4,1% du PIB, au lieu de 3,2% selon l'estimation fournie par l'agence en avril, alors que le projet de budget de la France risque d'être retoqué à Bruxelles. La France risque d'être contrainte par la Commission européenne de revoir son projet de budget 2015, qui prévoit un net dérapage des finances publiques.

Sapin :« La dette parmi les plus sûres au monde»

La révision de la perspective s'explique par le fait que la solidité de la reprise de l'économie française n'est pas garantie et que les finances publiques pourraient se détériorer au-delà de 2014.  D'autre part, l'analyste ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant